mardi 28 octobre 2014

Criminalité et complicités


Il suffit que je m’allonge sur mon lit pour qu’immédiatement le nu-propriétaire de l’appartement du 5ème ,  en dessous, mette en place un système de tirs, destiné à empêcher le repos ou  sommeil. 

Les tirs changent de nature au gré du matériel adapté ou disponible fourni par le réseau criminel.
J’avais été réveillée artificiellement, ce jour,  à 3h15 du matin, après une soirée bruyante.
Vers 10h ce même jour , j’ aurais pu dormir. Ça n'avait pas été possible. J'avais donc opté pour une détection différente compte tenu du nouveau matériel utilisé  la veille. 
J'avais  privilégié un enregistrement du champ électrique comme suit en exemple.

 Et pour des normes de sécurité comme ceci.

Les émetteurs alors repérés  étaient comme ci-après.

La mère  du nu-propriétaire, et  qui occupe l’appartement du 5ème  jouit d’un usufruit . Cet usufruit  lui créé , en tant qu’occupante légale des lieux,   l’obligation de respecter  le règlement de copropriété .  
Ce règlement de copropriété  note une occupation «   à la condition de ne pas nuire aux droits des autres co propriétaires  … étant spécifié que tout co propriétaire sera responsable à l’égard des autres , des conséquences de ses fautes ou négligences ….«    
Cette occupation bourgeoise  exclut donc l’entreposage pour utilisation,  de tout  appareil ou instrument qui puisse générer un trouble et une gêne, en pulsant  intentionnellement des ondes  à travers les parois pour priver  des voisins de repos  ,  comme c’est le cas depuis 28 mois.  
Les membres du conseil syndical ont choisi cette qualité pour vérifier la gestion du syndic, et  le respect de l’application du règlement de copropriété . 
C’est pourquoi le président du conseil syndical avait  été informé, par courrier , de cette criminalité . Comme représentant de l’intérêt de TOUS les copropriétaires,  Il aurait pu en avertir la police, mais surtout  il aurait du en avertir le syndic.
A défaut je l’avais fait. 
Car le syndic ayant une obligation de faire respecter le règlement de copropriété aurait du enjoindre à Madame WALTI/CHARLOT , à son fils , ainsi qu’au  locataire de Mr Besagni , de faire cesser tout entreposage ou utilisation d’instrument émetteur , réfracteur et  propulseur d’ondes, et veiller à ce que cela soit effectif .
Il aurait pu aussi afficher une lettre dans le hall de l’immeuble, pour redire sa fonction  et la faire respecter. Il ne l'avait pas fait.
Ceci , ci-après, explique les lasers   utilisés contre les cibles . Cette explication  a été copiée  du blog de Serge Labreze.
Un laser (acronyme de l'anglais « Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation », en français : « amplification de la lumière par émission stimulée de rayonnement ») est un appareil qui produit une lumière spatialement et temporellement cohérente basée sur l'effet laser.  

Un laser femtoseconde est un type de laser particulier qui produit des impulsions ultra-courtes dont la durée est de l'ordre de quelques femtosecondes à quelques centaines de femtosecondes (1 femtoseconde = 1 fs = 10-15 seconde). Ce type de laser est largement étudié et utilisé en recherche, dans l'industrie et dans le domaine des applications biomédicales.
( source : Wikipédia )


C'est ce type de rayonnements optiques artificiels qui est à la base de toutes les souffrances physiques et psychologiques des personnes ciblées. L'exposition constante à ces rayonnements optiques perturbe gravement le système nerveux, le système respiratoire et le système cardiaque.


Vers 19 h , j'étais allée essayer un peu de repos dans ma voiture laissée en bas de la rue Ernest Renan.
J'avais rebondi plusieurs fois. Quelqu'un faisait un carton sur le sommet de mon crâne . 

Dans le cadre de cette fenêtre d'un immeuble rue Lecourbe, un individu avec un épais fusil dans les bras  n'avait pas attendu pour la photo. Environ 50 mètres nous séparait.
De retour chez moi, le nu-propriétaire du dessous s'était exprimé  aussitôt par des tirs de canalisations  éjectant  un produit qui tord l'estomac de douleur.
Une heure plus tard,   l'estomac  calmé ,un tir  d'onde fulgurant, au milieu de la pièce,  avait traversé la plancher et dispersé un produit chimique qui brûle  encore les yeux et la peau , deux heures plus tard.
Puis , c'était reparti pour une nuit  de tirs  d'ondes sonores  à tous moments selon   les caprices sadiques de J-J WALTI , ou  de sa mère  peut-être , l'un et l'autre manifestement  liés par la criminalité,  et  liés ensemble à la criminalité  pleine de ressource de ce quartier bourgeois. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.