lundi 13 octobre 2014

Tirs et fonte de buée


En arrivant à   ma voiture rue Madame de Staël,  le dimanche 12 octobre au soir, j’avais été « illuminée » par un rayon flashé  de couleur verte .  Il provenait d’un toit. Le tir était  en diagonal. Le seul bâtiment en hauteur éclairé était  alors celui-ci.

Une autre photo prise , le lendemain, de l'emplacement de la voiture donnait ceci , plus précisément , et montre  la tour ronde, accessible par un balcon, et où se trouve une antenne SFR


Mais pendant la nuit , les tirs d’énergie dirigée  avaient impacté le sommet de la tête,


indiquant un opérateur situé vers l’arrière de la voiture et en ligne droite.

L = 700 MHz 
2ème partie du même tir
AE = 2600 MHz

A 5h30 , ce tir-ci  visant également  le sommet du crâne

2ème partie du même tir


AC = 2400 MHz

avait aussi  réchauffé et fait disparaître  la pellicule de vapeur d’eau, à l'intérieur de la vitre arrière
Ce qui donnait ceci et indiquait , compte tenu de ma position allongée,  une provenance directionnelle et  en hauteur. 

Cela  laisse le choix entre 
- quelqu’un qui serait venu à pied et aurait fait ce tir d’énergie de l’arrière de la voiture et quasiment à bout portant ou 
- un opérateur délégué habitant un étage élevé de l’immeuble ici.

Ces tirs d’énergie dirigée au cerveau sont une torture épouvantable.



Le cerveau souffre. Physiquement . Horriblement. 
Ce n’est sans doute pas un hasard , si l’hôpital parisien qui pratique la torture officielle  du cerveau par séries de 10 ou 20 électrochocs , voire plus, , le fait sous anesthésie.
C’est cet hôpital aux pratiques brutales qui doit , selon le JDD, prendre en charge les jeunes femmes prostituées  sorties des griffes des réseaux criminels. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.