mardi 3 mai 2016

Dégâts dans le cerveau

Image Wikipédia


Une étude  faite  par Adamantia Fragopoulou et Lukas Margaritis ,  des chercheurs grecs,  montre l’influence  sur le cerveau de l' exposition globale à des champs électromagnétiques 

L’étude en question , faite  sur des souris , porte sur le protéome  de 3 zones du cerveau.
Ces trois zones  du cerveau sont  reconnues comme étant de première importance  dans l’apprentissage, la mémorisation et  de nombreuses autres fonctions complexes importantes  chez les mammifères

- le cervelet, responsable du contrôle moteur et qui agit sur l’équilibre, le tonus moteur, la     coordination des mouvements 
- l’hippocampe , qui préside à  l’encodage de la mémoire à long terme
- le lobe frontal, principalement impliqué dans la production du langage oral et écrit 

Le protéome représente l’ensemble des protéines  dans une cellule , une partie de cellule ou un groupe de cellules , dans des conditions données et à un moment donné. 
Cela signifie que le protéome varie selon les réponses de l’organisme à son environnement, notamment en cas d’agressions ou de pollutions diverses
L’étude du protéome permettrait  donc la compréhension du fonctionnement de certaines cellules  particulièrement importantes du corps    en réponse à des données  imposées à tout  le reste du corps.

Dans l’étude mentionnée, les chercheurs grecs ont  ainsi mis en évidence les réponses de cellules de 3 parties du cerveau à une exposition globale ( tout le corps) de champs électromagnétiques  semblables à ceux  que produisent  un téléphone mobile et un DECT. 

A travers cette expérience , les chercheurs grecs ont  démontré  que  143 molécules sont ainsi modifiées sous l’impact de champs électromagnétiques  subis par tout le corps , ajoutant que  ces modifications  de protéines sont corrélées  
au glioblastome, tumeur dont les symptômes peuvent être   un oédème , des nausées, des céphalées, des troubles du comportement, et de la vision, des pertes de mémoire  …
- au stress, qui est une réponse biologique à des contraintes de l’environnement
- au métabolisme d’alzheimer, maladie neurovégétative  qui débute au niveau de l’hippocampe

L’expérience des chercheurs grecs  montrerait donc que l’exposition globale à des champs électromagnétiques  entrainerait des modifications importantes  de protéines cérébrales , donc indépendamment du moment de l’utilisation des téléphones. Ces protéines sont  responsables  de l’intégrité des fonctions cérébrales de régions critiques comme le cervelet, l’hippocampe , le lobe frontal.

image Wikipédia

Dans l’histoire criminelle que raconte ce blog et les 2 autres  liés , on perçoit la volonté d’atteindre directement les fonctions vitales du cerveau à dévitaliser pour transformer la cible  en légume,  par  destruction directe  des fonctions vitales de l’organe visé.  

Pour mémoire , je rappelle que le crime  décrit , consiste à faire des tirs d’énergie dirigée   à travers les murs , en visant le cerveau par priorité et en adaptant l’énergie utilisée à l’environnement , pour mieux camouflé le phénomène. 

Ici, par exemple, où les CEM  de proximité sont  quasi inexistants , la préférence est donnée aux moyens qui font éclater  un énergie dirigée  dans le cerveau : des sons 

On constate en plus dans cette histoire racontée façon patchwork, que ces criminels ne sont empêchés de commettre leur crime  ni par les préfets, ni par la police , ni par les maires, ni par les professionnels responsables des copropriétés. 

Par ailleurs , la bestialité et la bêtise qui président au phénomène précis de harcèlement électronique dans cette histoire encore,  montre , tout particulièrement, qu’il ne peut pas s’agir d’expérimentation. Et que si le mot est utilisé , il ne sert que de couverture à des haines ou des vengeances recuites. 

Il est en effet peu probable qu’une expérimentation humaine par ailleurs  interdite  et quelqu’elle soit,  puisse être laissée à des dégénérés sadiques tels que ceux , -parmi ceux qui sont connus-, qui ont été   dénoncés   dans ces blogs 



- ici  aux Sables d’Olonne (85),   à un soudeur-fraiseur ( D.STEFANE) 
                                                    et à un restaurateur F. DECROIX)
- à PARIS XV à un ingénieur  ( A.DE CERTAINES) 
                      à son homme de main ( J-J WALTI) 
                       et à un élève  (C.FRENOVE)
- aux Sénioriales , à des retraités , un  ex de la Marine Nationale, (G. POITEVIN)
                             à un ex-transporteur (P. SUTEAU ) 
                             à ???  A DEVEAUX et son compagnon
- à Vannes  (56) à une retraitée (J. BOUQUET) , 
                           à un chômeur ( A.ROUX) 
                           et à une oisive ( M. LEDUEZ) 
- à  Dol de Bretagne ( 35)  à des transporteurs routiers ( LEBLAY-LESENECHAL )
- à PARIS XIV , à un architecte ( M. LEVYSTONE)

On est ici, dans un cas de figure de criminalité de  dégénérés qui se situent au-delà des lois parce qu’incités à assassiner  en cachette avec des moyens mis à leur disposition . Cette forme de criminalité est  peu connue du grand public. 

Les criminels sollicités , s'impliquent parce qu'  assurés d'impunité par des employés  de services de l’Etat qui inversent leur fonction : de garant de la sécurité de chacun,  ils se transforment en protecteurs des criminels. 

Cela , encore une fois, n’implique pas une expérimentation, seulement des habitudes  déjà anciennes de fonctionnement caché et soigneusement balisées et protégées.  


Avec tout le respect dû au courage de la victime du livre ci-dessus et  qui raconte  l'horreur de son expérience d’esclave de fous furieux qui se prennent pour les maîtres de femmes , on ne peut pas s’empêcher de penser que le même type de mentalité  que celle des employés de DAECH , est partagée par tous les individus qui pratiquent le harcèlement électronique . 

Par ce type de harcèlement,  un ou plusieurs tarés graves,  s’arrogent des droits sur le cerveau et la vie d’un être humain   que leur est octroyé par celui , celle , ou ceux qui agissent comme s’ils en étaient propriétaires.  Les dégénérés de base  concernés,  pensent ainsi  qu’ils peuvent   continuer de torturer par plaisir ,  jusqu’à ce que l’assassinat  de la victime ressemble à une mort naturelle ou accidentelle.

Aujourd'hui en France , 2-5-16


Pour caractériser le mental des tortionnaires  de DAECH ,   on trouve ( ci-dessus)  cette comparaison d’un pénaliste et qui s’applique remarquablement bien  aussi à tous les  cerveaux dégradés depuis longtemps , des individus tortionnaires concernés par  cette histoire. 

Ces tirs de sons  du soudeur/fraiseur du A221 sont les plus récents .


et 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.