lundi 15 août 2016

Des TIs s'adressent à des ICs


TI est l’abréviation pour Targeted Individual , traduit en français par Individu Ciblé devenu IC. 

Sur une récente lettre de l’association PACTSINTL ,  

People Against Torture & Surveillance , International


un individu ciblé , Dave Gonzales avait proposé de faire une différence entre les personnes « micro-pucées » à leur insu,   et les autres.  Dave Gonzales, avait même prétendu que  la situation des ICs micro-pucés serait  bien pire que celle des autres. Selon lui le micro-puçage  permettrait de les suivre partout pour les bombarder de signaux en continu.

De nombreux IC français , se sont , également, posé la question d'un éventuel micro-puçage involontaire qui expliquerait leur situation insensée et dramatiquement handicapante .

Il s'agit -là, bien sûr d'une quête de sens  désespérée , face à un phénomène  épouvantable de matraquage de signaux divers ,  de souffrances  avec privation de sommeil ,  d'atteinte à l'intégrité physique et mentale et de  dérèglements de tous ordres. Ce phénomène , difficile à cerner l'est tout autant à expliquer  sur la base de nos connaissances parfois  rudimentaires de physique et de psychologie, et du reste qui relève des neurosciences.  

L'affirmation péremptoire et  inédite de Dave Gonzalez, avait  rapidement fait réagir deux célèbres TIs d'Amérique du Nord ,  outrées de lire ses allégations,  par ailleurs avancées  sans base ou démonstration scientifique à l'appui. 
Voici, ci-après, en traduction libre et rapide, les lettres  réponses de   Juliannne McKinney et d'  Eleanor White, sur le sujet.  

L’original en anglais se trouve sur le site de l’association www.pactsntl.org

Lettre de Julianne McKinney

Je suis en total désaccord avec ceux qui veulent  faire   une distinction entre des individus ciblés  qui seraient micro-pucés  et d’autres qui ne le seraient pas. 

Pour la bonne raison que nous n’avons  aucune preuve d’un micro-puçage généralisé.  Il y a de nombreuses allégations en ce sens et absolument aucune preuve.

Certains individus ciblés prétendent même avoir des dizaines de micro-puces en eux. Quelle preuve apportent-ils?  En fait ils  commencent à ressembler  à un groupe de  lemmings  prêt à sauter d'une falaise avec leurs   copains hystériques .

Deuxièmement,  Il n’existe aucune  étude connue  qui permettrait d’affirmer que  des individus ciblés sans  micro-puces souffriraient  de façon moins épouvantable   que des individus ciblés avec micro-puces.  Je propose d’échanger ma situation avec celle de Dave  Gonzales , si tant est qu’il s’appelle  Dave et qu’il soit porteur d’une micro-puce. 

Je pense qu’il faut éviter de vouloir faire  des différences entre les individus ciblés prétendument porteurs de micro-puce et les autres , tant que des preuves tangibles n’ont pas été apportées   d’une part de la présence de micro-puces et d’autre part de  la façon dont le ciblage  s’opèrerait  dans ce ce cas là.

Il est inutile de prétendre que les individus ciblés ne peuvent pas trouver de médecins qui accepteraient d’enlever ces  douzaines de  micro-puces , prétendument  détectées et trouvées par Kidder et Staninger  à des prix exorbitants *
Kidder et Staninger se prétendent en relation avec des médecins qui devraient être capables d ‘extraire ces micro-puces à des prix également exorbitants.
Pensez-y sérieusement.

Lettre d’Eleanor White 

Je suis d'accord avec Julianne, et  Derrick. Je souhaiterais ajouter  quelques réflexions sur cette façon de traiter la question de l'implant .

Nous  avons tendance à présenter  trop souvent comme des faits ,  ce qui concerne la technologie de façon générale , et tout particulièrement ce qui relève des implants.  
Les nombreuses lectures de signaux radio sur ou à proximité du corps  des cibles ont fait naitre   l'idée que  cela constituait  la preuve que nos corps comportaient des implants. 

Un signal radio peut être projeté, et sa détection  ne prouve  en aucune manière qu ‘il est produit à l’emplacement  de la détection , même si ça ressemble très fort  à une preuve d’implant à cet endroit. 

En outre, les scans faits par  Jesse Beltran avaient aussi  montré que des signaux radio apparemment anormaux pouvaient être détectés sur ou près de personnes qui ne sont pas ciblées. Cela devrait nous donner  une PAUSE.

A ce stade , il est nécessaire   de commencer à utiliser des mots pour qualifier  ,   à chaque fois que vous faites référence à des implants. Ce que  Jesse Beltran avait  vraiment bien  fait dans les débuts

Par exemple, on peut dire  «Beaucoup de cibles  pensent qu’elles ont peut-être été implantées , parce que les détecteurs de signaux radio ont trouvé des sources APPARENTES de signaux radio sur ou près de leurs corps."

En toute honnêteté , vous (et d'autres cibles) ne pouvez  pas aller au-delà,  à moins que et jusqu'à ce que:
- Un élément ait été retiré , avec un  suivi  de surveillance continu. 
- L’élément ait été  examiné par un expert en matière d’ implants médicaux, qui puisse attester  de son usage et de ses  implications,  par écrit, sur papier à entête  de son organisation 
- Des photos  de vues au microscope devraient   alors accompagner l'analyse , car on sait que  le public et les fonctionnaires nous demanderons un maximum de preuves.

Si  tout cela a été possible,  vous pouvez  alors considérer  comme des faits ce que l’analyse a révélé. 

* Un contact avait été pris avec Melinda Kidder pour connaître le prix de sa prestation , sur place , dans ses bureaux . Il fallait compter l'équivalent d'environ 1400 euros




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.