dimanche 4 septembre 2016

TORTURE de femme française en ISLANDE


Comme le notent beaucoup de témoignages d'Individus Ciblés par harcèlement criminel global , je souhaitais rappeler ici, le fait que ce phénomène est mondial et est infligé , sans aucune retenue et sans aucun scrupule , dans tous  les pays. 
Comme en France, dans toutes les régions, à l'étranger, le harcèlement électronique est habituel et à disposition des groupes criminels ordinaires.

Pourtant, hors des limites physiques nationales de son pays  , un Individu Ciblé est un touriste et qui dépense de l'argent pour le plus grand avantage de l'économie du pays visité ou traversé. On pourrait donc imaginer , à ce titre, une forme de respect voire d'indifférence polie de bon aloi. 

Il n'en est rien.

Pour faire un résumé de la souffrance par harcèlement électronique subie en Islande, je souhaitais reprendre mes notes et cartes conservées dans une valise. 
Mes notes mentionnaient les sensations diverses des tirs d'énergie dans la tête et sur le corps , en précisant les cadences  inimaginables des agressions de cette énergie propulsée à distance, à travers les murs .

TOUT A DISPARU . Pour faire illusion, la masse des documents qui emplissait un sac ,  avait été remplacée.... par une trousse de toilette. 

De mémoire, pour ce voyage presque  improvisé en Islande j'avais loué pour 3 nuits un appartement de deux pièces, en rez-de-chaussée  dans la maison d' un particulier  de REYKJAVIK , et nommé  INGA GUEST HOUSE. La propriétaire habitait au sous-sol. 
Dans cet appartement et quelque soit l'endroit, chambre ou salon, j'avais été bombardée d'énergie tout au long des nuits.  Traitée, pire qu' un animal.

Au moment de mon départ, la propriétaire était venue m'apporter la facture et faire un peu de causette. Elle s'était étonnée de me trouver sympathique et avait proposé  de continuer cet échange intéressant lors d'un jogging  ensemble ,  le soir même , autour du lac. 
Après les nuits de souffrance du cerveau et  de privation de sommeil  infligées,  j'en étais incapable. 

Ce n'était pas décelable. Cette torture ne laisse, souvent,   que peu de traces extérieures , sinon celles d'une fatigue interprétable autrement.

Passée  de Inga Guest House dans un hôtel de la périphérie, j'avais subi très exactement le même sort : harcèlement électronique à tout va. 
Pour tenter un peu de repos , il restait à essayer une traversée de l'ile en diagonal, avec réservation dans une guest house . Sans prévenir l'hôtel, et en gardant ma chambre...vide. 

Dix heures de 4x4 pour faire REYKJAVIK-AKUREYRI. 
A AKUREYRI, un italo-corse m'attendait pour un harcèlement de suiveur/guetteur. 
Localement, le harcèlement électronique, dans une maison aux parois  de séparation hyper-minces avait été une horreur. 

De retour à REYKJAVIK, par avion cette fois, un besoin impérieux de repos m'avait amenée à louer  en doublon avec "mon" hôtel de base,  une chambre,  pour une nuit ,  dans un hôtel plus touristique,  en ville.
Le harcèlement électronique y avait été organisé illico. La nuit avait été épouvantable.

A défaut des précisions envolées avec  mes documents disparus, quelques  souvenirs de ce voyage d'Individu Ciblé se trouvent sur :



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.