mardi 1 novembre 2016

Brûlure du cerveau - Privation de sommeil par tirs d'énergie dans le cerveau

Ce qui est présenté comme un réglage d’un appareil de l’étage supérieur  et détecté dans mon appartement est reçu comme une agression et une brûlure par le cerveau, comme le montre cette correspondance de détection . Il est , ici, 2h++ de la nuit.

Et d’ enregistrement EEG.

Le tableau  ci-après donne des informations au niveau de chaque électrode .


L'heure est indiquée à-en bas, en rouge  .


Ici, en  une superposition correspondant au même moment, l'image  de la brûlure du cerveau et celle des informations pour chaque électrode
Ce type de réglage+brûlure du cerveau   annonce en général  des tirs suivants vicieux et fulgurants. Les voici, ci-après traduits en déflagrations électriques dans le cerveau. La vidéo est présentée en accéléré.

Ces déflagrations électriques dans le cerveau , appelées "alertes" ( outbreaks) avaient été enregistrées  comme ceci entre 2h40.40  et 3H14.01


SUITE




Après la mise en ligne du témoignage ci-dessus, un  essai de sommeil protégé sous un énorme coussin  avait été  fait, en vain,  et donnait en enregistrement EEG ,ce que montre cette deuxième courte vidéo  ( en accéléré)
Entre 7h16 et 7h40.16, il y avait eu 18 "tirs" ressentis au cerveau 

L'enregistrement EEG de 7h29.34  était ainsi :


La détection de 7h36.30, qui donnait ceci :

 correspondait à l'enregistrement EEG ci-dessous  :

Pour mémoire les positions des électrodes de l'EEG  sont comme ci-après :

Pendant tout ce temps-là et apparemment , le tortionnaire /mercenaire en charge de ma privation de sommeil , dormait , et son appareil continuait à débiter ses tirs  qui me retrouvaient  avec quelques secondes de répit seulement , quand j’inversais ma position ( tête au pied) 
Il faut aussi noter que comme observé et raconté précédemment  dans mes blogs et d'autres, que  les tirs augmentent en intensité en fonction des épaisseurs de protection ajoutées.
Ce qui, depuis longtemps , avait amené à penser que l’appareil utilisé était de type radar ,  comme ceux qui servent à  trouver des  personnes enfouies sous des décombres.
Le point jamais éclairci est l’absolue préférence de cet appareil pour mon cerveau qu’il cherche , retrouve  et  frappe systématiquement , après avoir fait une reconnaissance  ( ressentie sous forme de piqûres ou d'étincelles) sur les terminaisons nerveuses des pieds ou des mains. .
La privation de sommeil avec souffrances infligées volontairement  constituent deux formes de torture laissées à l’appréciation d’un juge. Ce ne peut être ici, qu' à partir de preuves personnelles.
Il ne peut pas y en avoir d’autres, compte tenu du contexte mafieux de cette histoire et de bien d'autres .

Les tortionnaires de ce type d’ histoire  , sont des criminels habitués et informés, qui arrêtent leurs appareils quand ils savent ou  pensent  que des preuves pourraient être faites avec et par un expert, quelque soit sa spécialité. ( huissier, électricien  ou physicien)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.