mercredi 20 décembre 2017

Pour Noël, ne cuisez pas le petit dernier aux-micro-ondes




Dans sa lettre au Père Noël 2017, l’association Robin des Toits rappelle le danger des tablettes et jouets connectés pour les tout-petits  et les moins tout-petits .
Un grand nombre de ces objets  fonctionnent avec un microprocesseur de 2,4 GHz : une fréquence de micro-ondes.


Les sites bien informés disent ou précisent qu’un bambin de moins de 3 ans n’a pas encore son cerveau bien terminé.(seulement 85 %) 
Ce qui induit en conséquence que toutes les agressions environnementales risquent de lui être terriblement préjudiciables.

Ce bout de chou  fragile  dépend totalement  des décisions de bon sens  de ceux qui l’ont fabriqué et l’aiment et que, lui ,  regarde avec admiration, affection ou  malice . 
Son devenir dépend  des précautions de ceux qui lui doivent ce  bien essentiel : lui donner les meilleures chances possibles  pour devenir président de la République à 35 ans  et  aussi éviter le pire.

Pour les moins tout-petits, et jusqu'à 14 ans,  les spécialistes s'accordent à dire que l'usage de la téléphonie mobile  risque bien de leur  faire perdre tellement de neurones que personne ne voudrait parier sur leur état  beaucoup plus tard . 

La pollution électromagnétique est mise en cause dans des perturbations neurologiques. Les opérateurs de téléphonie mobile déconseillent aujourd'hui de donner leurs gadgets à des enfants de moins de 14 ans, dont le cerveau est en formation. 




Pour aider des parents, ou proches déboussolés par une modernité qu’on leur présente comme  un progrès important par un apprentissage des objets connectés  obligé, le représentant de Robin des Toits , sur son site , rappelle l’essentiel et que personne n’a  plus le droit de zapper tant les risques sont vitaux .



Poussette anti-gaz de la dernière guerre
Photo publiée par le HuffingtonPost




lundi 4 décembre 2017

Tir d'énergie et tension induite dans le corps


Le tir avait été fulgurant . Il visait la tête et les bronches et m’avait coupé le souffle. 
J’étais sans protection.
Quelqu’un , dans l’appartement du dessus ,  officiellement inoccupé , me tirait dessus comme il l'aurait fait pour un lièvre dans son terrier.

La brûlure  du tir d’énergie  s’était prolongée  dans les bronches , avant de s’enfoncer  jusqu’à  la colonne vertébrale.
Et soudain , toute la peau du corps s’était mise aussi  à  brûler * (1) , de la racine des cheveux  jusqu'aux orteils.
Dès que  j’avais pu bouger , j’avais agrippé le testeur de tension induite, à portée de main.



La méthode habituelle pour tester la tension induite dans le corps ,  consiste à presser entre les doigts,   le bouton relié à l’appareil. 
Là , inutile  . Le seul contact avec la peau  suffisait  même à faire monter la valeur enregistrée  à plus de 2 volts.
L’air ambiant  aussi, semblait saturé. La valeur enregistrée sans contact avec la peau était inhabituelle. Extrêmement anormale .



Pour comparaison, le même test a été fait aujourd’hui , après le départ du résidant de passage , et resté 48 h à l’autre bout du bâtiment. Comme ceci : 



Lui, ou quelqu’un d’autre, est passé à 3h 53 ce matin, faire des manipulations sur un appareil , dans l’appartement au dessus du mien .  

Les appareils de détection , sont aussi , parfois,  des sortes de mouchards bienveillants.



jeudi 23 novembre 2017

Activité cérébrale et micro-ondes pulsées




Tombée d’épuisement très tôt  le  21-11  ,  après une nuit précédente chaotique , je n’ai aucun souvenir d’une activité cérébrale intense entre 22H13 et 22H25  ,     comme celle que présente cette courte vidéo. 

Mais on lit  dans des manuels de neurosciences , qu’au stade 2 du sommeil, on peut voir apparaître  dans le cerveau ,  des pics d’activité Bêta et des formes d’ondes complexes. Ces ondes Bêta peuvent apparaître aussi lors du sommeil paradoxal associé aux rêves




Cette vidéo montre des ondes cérébrales  plutôt régulières  de type Bêta ,mais soudain perturbées par   une déflagration électrique et  qui a  fait  subitement régresser le cerveau dans la gamme des ondes Delta et Thêta.
Le rythme Bêta, est généralement représenté graphiquement ainsi : 



Ce rythme Bêta  est décrit comme suit,  , dans le manuel de Monica Baciu, intitulé Bases des neurosciences : 



En essayant, le lendemain ,   de trouver une correspondance entre un phénomène extérieur d’ondes pulsées  et la déflagration de 22H21 , on trouve ceci ci-dessous  enregistré par un détecteur qui fonctionnait en continu: 



Il s’agirait donc  pour expliquer cette déflagration dans le cerveau , et même si la densité de puissance semble minime, de micro-ondes pulsées à l’intérieur d’ un appartement sans box WiFi et dans une résidence vidée de  ses autres résidents proches. On peut également penser que  les box WiFi  de ces voisins absents , ne devraient n’être qu’en veille.  Au pire.

C’est ce qui pourrait amener à considérer comme cause de cette déflagration dans le cerveau à 22H21  , cette fois et comme parfois , l’utilisation du réseau électrique,  détourné volontairement et mal-intentionnellement,  de sa fonction principale .

Ici, 2,5 GHz  est la fréquence porteuse . C’est donc la partie du signal qui propulse et supporte les autres données  s’il en est, vers le récepteur qu’est le cerveau destinataire voulu ou fortuit. On dit  en général d’une fréquence porteuse , que c’est sa modulation , amplitude ou phase , qui détermine le contenu du message . 


Les détails en images de ce processus de passage/propulsion  d’énergie dans le cerveau et de changement de rythme cérébral est  présenté à

dimanche 12 novembre 2017

Chocs dans le cerveau et privation de sommeil

FP1 est une électrode posée au niveau du lobe frontal
50 Hz correspond à la limite  presque supérieure de la bande GAMMA

De cette histoire, comme de certaines autres, on peut déduire que le harcèlement électronique  par chocs dans le cerveau  et quelques soient les moyens utilisés, est une pratique courante, et qui fait partie du harcèlement pratiqué contre des femmes surtout . 

Ces chocs dans le cerveau sont destinés à  ridiculiser la personne qui les raconte, l' épuiser et  la soumettre . Cette méthode de torture  est censée également servir de conditionnement . 
Chaque réaction de la personne ciblée  pour lutter contre la maltraitance qu'on lui inflige dans tous les domaines de sa vie , est suivie d' une augmentation de la torture par  chocs dans le cerveau et privation de sommeil . Ce qui entraine des difficultés croissantes à faire face au quotidien et à en régler les problèmes qui s'accumulent..



La harcèlement électronique avec chocs dans le cerveau ,  peut se mettre en place  à tous moments , dans tous endroits :  des immeubles, des hôtels et dans la rue  .


Cette pratique est  connue de  quasiment tous les mâles,  vieux ou jeunes  harceleurs pratiquants   , ce qui inclut  dans cette histoire aussi ,  des syndics et des résidants d’un immeuble ,  des employés d’hôtels,  des policiers  ou  gendarmes du coin. 

Pour complaire aux réseaux crapulo-criminels à l’origine de ce crime,  certains greffiers de justice, en France, escamotent les plaintes  directement liées à ce phénomène .

A une femme battue qui vient se plaindre au commissariat , pour la mettre en condition, un policier  répond qu’ « il y a plus grave que ça ».

Effectivement, aujourd'hui , par exemple on pourrait mentionner le viol de cette petite fille de 11 ans , déclarée "consentante" par un tribunal  français , et donc doublement condamnée.

A une femme victime du crime de harcèlement électronique, la réponse cette fois est  que « ça n’existe pas. »  qui se décline en  « jamais entendu parler  de ça » , énoncé avec une assurance de fonctionnaire d'Etat , très peu au service des victimes.

Le scandale de ce harcèlement criminel  caché et protégé ,  nécessite  d’être dénoncé et exposé par toutes celles et ceux qui en sont victimes tant qu’ils en ont encore la possibilité ou la force.. Le salut , s’il est possible viendra par l’activisme de  clavier, la multiplication des   témoignages , des vidéos et les manifestations . 

En  ces 2  dernières années de torture du cerveau, il avait été pratiqué 135 enregistrements EEG et qui montrent tous , des déflagrations électriques dans le cerveau au moment d’une souffrance ressentie ,  provoquée par une énergie venant de l’extérieur. Cette énergie attaque souvent, en plus, la gorge  et le haut de la cage thoracique 
Les chocs dans le cerveau liés à une souffrance et  en seulement 2 ans se comptent par milliers.
Comme les violations de domicile.

L’horreur du  harcèlement électronique tel que  vécu et décrit  dans son intensité implacable  dans plusieurs blogs successifs dure depuis plus de 10 ans. 

En ne retenant que les quelques jours précédents d’enregistrement EEG , on peut noter ceci: 
- 23-10-17 , pour 6 heures d’EEG ===> 202 chocs dans le cerveau
- 5-11-17 , pour 29 minutes d’EEG ====> 39 chocs dans le cerveau
- 5-11-17 , pour 2 H15 d’EEG ====> 95 chocs dans le cerveau
- 6-11-17 , pour 1 H 39  d’EEG =====> 23 chocs dans le cerveau 
- 6-11-17 pour 6 H  d’EEG dans ma voiture ====> 88 chocs dans le cerveau
- 7-11-17 , pour 1 H d’EEG ======> 35 chocs dans le cerveau
- 8-11-17 , pour 2 H 20 d’EEG =====> 86 chocs dans le cerveau 
- 11-11-17 , pour 40 minutes d’EEG=====> 41 chocs dans le cerveau
- 11-11-17 , pour 16 minutes d’EEG ====> 32 chocs dans le cerveau 
Un exemple des déflagrations produites, et montré sur une courte vidéo ,  se trouve sur le blog de laproscrite.canalblog.com


Ici, le 11-11-17 avait été une journée de  particulières violences,  par oisif local  sadique tout à la satisfaction de son plaisir à mes dépens. 
L’énergie pulsée  utilisée qui atteignait systématiquement la tête  provoquait un sifflement dans l’oreille. 
Une détection entre 20 Hz et 20 KHz , avec l’appareil bloqué sur « hold » avait montré ceci sur 20 Hz :




puis  comme cela au bout d’environ 1 heure



Ce 11-11-17  ,  un répit  avait été noté à l’heure de l’apéro et du diner du responsable de la torture à distance. 
Le préposé  local à la torture  et dont l’intensité est à façon, avait pris une pause.  Mais de quelques heures seulement . 




Image du cerveau











jeudi 9 novembre 2017

10Hz- cerveau et balise

L’hertz ou Hz est une unité de fréquence . La fréquence désigne une variation  ou oscillation qui se produit en  l’espace d’une seconde

On sait , depuis 1920 et l’invention de l’électroencéphalographie, par l’allemand Hans Berger, que le cerveau  à un rythme cérébral . . 

Ce rythme cérébral résulte de l’activité électrique d’une foultitude  de neurones . Il se traduit par une oscillation électromagnétique  dans une bande de fréquences donnée . 

Les ondes qui  résultent  de cette activité électrique sont de très faible amplitude . De l’ordre du microVolt pour les humains. 

Les rythmes cérébraux ont été répartis en  5 bandes de fréquences  : Delta , Thêta, Alpha, Bêta, Gamma (24Hz à 40 Hz)  . 


Ici 28,5 Hz , à 3h49. 27 du matin , le mardi 7-11-17, au niveau de l’électrode T6. J’étais alors allongée, dans ma voiture, dans la forêt. 



Deux de ces  5 rythmes cérébraux , Alpha et Bêta présentent même, pour les spécialistes , des subdivisions ainsi:



10Hz est donc , pour le cerveau, une onde du rythme Alpha  qui caractérise un état de conscience apaisé. Ce rythme est surtout enregistré dans les régions occipitales ( parties postérieures de la tête)
Voila pour ce qui concerne le 10 Hz privatif

recherche des box de l'environnement


Mais  10Hz est également ,  surtout depuis l’apparition du WiFi, des antennes relais et des  Live box(s) , une fréquence de communication extérieure au cerveau. 
En mode d’attente ou de veille  de la box , et  alors qu’aucune donnée n’est transmise, le signal de balise est activé  à intervalles  de quelques minutes, sur une fréquence de 10 Hz. Comme ceci  :

les lignes intermédiaires ont été supprimées 


Comme il n’existe pas de  Live box dans mon appartement , il s’agirait donc de signaux  de box de voisins . 



Cette photo ( et malheureusement pas très claire) d’une vidéo  à charger ultérieurement  montre qu’au moment de l’enregistrement de la présence de 0,01µT sur le détecteur de droite, celui de gauche enregistre un changement de densité de puissance sur la fréquence 10 Hz. 

Comme il n’y avait aucun voisin présent  au moment  de cette recherche dans cet immeuble-résidence-secondaire  , on en déduit  donc que les box sont en veille .

On apprend  également que les signaux peuvent se cumuler ainsi :



Tout cela semblerait donc  habituel ou normal  à défaut d’acceptable .

Le hic, c’est que dans cet appartement , on peut aussi trouver ceci  et qui semble beaucoup moins normal.


et


L’enregistrement avait été fait après une nuit  précédente épouvantable de 103 chocs dans le cerveau  ( EEG) . 
Rentrant chez moi en fin d’après-midi, je m’étais crashée sur mon lit, détecteur allumé. Incapable d’en bouger pour essayer d’ utiliser un détecteur complémentaire donnant la gamme des fréquences  avec  la densité de puissance qui s’affichait . 

Cette kyrielle de 0,10 à 0,23 µT, pourrait, bien sûr ne pas être des 10 Hz.
Mais, cette fois encore,  les chocs dans le cerveau étaient   insupportables….. à rendre fou, comme la veille au soir 



Le 2ème hic est cet enregistrement ci-dessus,  fait dans la forêt  à plus de 500 m de toute habitation,  dans ma voiture, en pleine nuit . Normalement , aucune balise n'aurait du communiquer avec un émetteur. 
Ici encore, les ELF dont la densité de puissance est supérieure aux habituels 0,01  µT pourraient ne pas être des 10 Hz. 

Et sinon ,  on peut imaginer que le système électronique du véhicule  dont le GPS n’a jamais été initialisé ( par moi), ou un gadget de fréquence WiFi y communiquerait  et de façon extrêmement  bavarde , avec une balise .

Who knows ? 



Pour ceux qui pourraient avoir une histoire semblable à celle-ci, il convient de rappeler que les agressions du cerveau,  par propulsion d'énergie , peuvent venir aussi bien du dessus que du dessous, en appartement et en voiture... pour une meilleure zombification de la cible .


Pour mémoire, la plupart des français bénéficient d'un courant électrique de 220 V. 
Pour moi, c'est 235 V


mercredi 25 octobre 2017

36 chandelles en 27 minutes



Wikipedia explique cette expression populaire comme suit 
En 1464, on ne disait pas "voir 36 chandelles", mais "voir les chandelles". Au fil du temps, on est passé "des chandelles", à mille, et même cent mille, puis à 36. Cette expression signifie que l'on est tout étourdi, soit à la suite d'un choc physique, soit à l'annonce d'une nouvelle bouleversante.



Ici, 36 correspond aux  nombre de chocs dans le cerveau produit en 27 minutes ,  et par une énergie  traversante qui  m’avait à la fois réveillée par la douleur mais aussi rendue incapable de bouger pour fuir. 


Il avait fallu 27 minutes pour que je réussisse à me conditionner à réagir et à quitter l’appartement. 
Pour cette nuit-là, il y avait un seul autre résident dans l’immeuble .

Les tirs d’énergie venaient du dessus . 
Comme d’habitude , la cadence  des tirs avait augmenté après le repérage de l’azimut cherché et trouvé.
Finalement cette  vidéo a pu  être mise en ligne ,  grâce à l'aimable intervention de La Proscrite .
La vidéo  montre , une nouvelle fois , en accéléré, et sur une période de   1 minute  40  , les déflagrations électriques provoquées dans le cerveau par ces tirs d’énergie.

http://laproscrite.canalblog.com/archives/2017/10/26/35807173.html

Les indications « outbreak »  sont des alertes qui correspondent aux souffrances  du cerveau. 
Ici, le cerveau est  directement attaqué et souffre, n’en déplaise à tous ceux qui ne connaissent et reconnaissent la douleur que véhiculée  de l’extérieur vers le cerveau

Et , pour les faussaires  habitués à maltraiter les victimes et à les soupçonner  du type de manigances dont ils sont eux-mêmes familiers,    je précise en  plus, une nouvelle fois,  que je n’ai pas accès aux données enregistrées par l’EEG  ( dit ,  Holter) qui est un appareil d’imagerie médicale et vendu par une société spécialisée de matériel médical. 

mardi 10 octobre 2017

IMAGE MENTALE et tirs d'énergie dans le cerveau



Ces images mentales, déjà mentionnées, précèdent les tirs d’énergie dirigée dans le cerveau d’un pouième de fraction de seconde. 

Elles ne durent, elles aussi ,  pas plus que cela. 
Il faut un effort mental  volontaire pour  les mémoriser tout en faisant face à la douleur du tir alors ressenti.

Ces images ont toutes été en 3 D. Elles représentent un mouvement ,   et  sont en noir et blanc. Sauf une : la dernière qui présentait des couleurs . Ce qui est incompréhensible. 

Dans l’article de Wikipédia «  comment se fabriquent les images mentales » on apprend que notre environnement n’a pas de couleurs, seulement  des rayonnements magnétiques de différentes longueurs d’ondes. 

Selon cet article ,  La lumière visible pour l'homme a une longueur d'onde comprise entre 400 et 800 nanomètres.
L’article précise aussi  : Ces rayons lumineux entrent dans l'œil, sont réfractés par le cristallin et sont projetés comme une petite image inversée sur la rétine, l'écran situé au fond de l'œil.
OK . 
Donc pour que le cerveau « voit » en couleurs , il faudrait  que la rétine  soit impressionnée.



Or la dernière image mentale que j’avais réussi à  fixer,  avait été produite les yeux fermés et la tête sous un bardas de protection . La dernière couche des diverses  protections et  située juste au dessus du front  et des yeux était BEIGE

L’image mentale était un tourbillon, pâlement coloré  ( pas du tout comme cette image) d’une myriade de nuances différentes.

Les autres images mentales notées au fil des années  , mais que je n’ai pas eu le temps de recenser, comprennent , parmi celles que j’ai mémorisées,   :
- une porte qui se ferme en claquant, 
- un bras qui se soulève, 
- un chewing gum qui se tend, 
- un mouvement de la main , ( physiquement, c’est l’épaule qui avait  sursauté)
- un chien qui tire sur sa laisse, 
- une chaise qui tombe,
-- une vis qu’un pouce enfonce dans un plafonnier (14-10-17)

Le tir  qui avait suivi m’avait atteinte dans le lobe frontal. 
Ma tête était empaquetée de sacs de gel qui débordaient jusqu’aux yeux et sur les tempes . Ma tête se trouvait sous la console alors que j’étais allongée par terre. 
La console était surchargée , juste au-dessus de la tête à protéger de toutes les épaisseurs efficaces et disponibles dans cet appartement.  
L’énergie du tir, avait traversé le cerveau , suivi un nerf ( sans doute) et implosé dans les bronches.
C’était à  HUR-LER.

Le jeu des psychopathes qui effectuent ces prouesses comporte deux volets d’expression de domination pour sentiment d’ insécurité totale de leur proie
- retrouver la tête PARTOUT pour tirer dedans
- traverser TOUTES les épaisseurs possibles de protection avec un tir précis et d’une férocité de déments  .

Toutes ces bizarres et  inutiles images mentales avaient   systématiquement précédé  à la vitesse de l’éclair,  un tir d’énergie dans le cerveau . 
L'image était peut-être produite par une excitation de neurones spécifiques mis à feu par le tir d'énergie 

La survenue habituelle de ces images mentales laissait cependant le temps d’une fugace sensation d’anxiété d’anticipation de l’immédiate souffrance à venir, et due au tir dans le cerveau .
La sensation de souffrance dans le cerveau était postérieure.

Une image mentale plus élaborée avait été notée  dans l’article
https://lesharceleurs.wordpress.com/2015/09/11/un-tir-dondes-a-23h01-avait-traverse-le-mu-metal/
Le MU métal ne protège pas des tirs d’énergie. Il est censé protéger  des ELF, sauf, peu-être,  si les ELF sont propulsées de force dans le cerveau. par des tirs d’énergie

A défaut d’avoir eu l’énergie nécessaire  ou le temps,  pour essayer de comprendre ce phénomène  qui peut  seulement résulter d’une excitation inappropriée du  cortex visuel ou autre,  et ......
sans du tout préjuger d’une éventuelle relation entre ce phénomène  décrit et une quelconque expérimentation,   ceux qui sont intéressés ,  peuvent piocher dans les textes du Dr Willaim J Tyler et qui écrit dès 2010 

"These illustrations show the surgical invasiveness of deep-brain stimulating electrodes (left) and depict the low spatial resolutions conferred by transcranial magnetic stimulation (right). (Image: Tyler Lab)

To overcome the above limitations, my laboratory has engineered a novel technology which implements transcranial pulsed ultrasound to remotely and directly stimulate brain circuits without requiring surgery. Further, we have shown this ultrasonic neuromodulation approach confers a spatial resolution approximately five times greater than TMS and can exert its effects upon subcortical brain circuits deep within the brain.
A portion of our initial work has been supported by the U.S. Army Research, Development and Engineering Command (RDECOM) Army Research Laboratory (ARL) where we have been working to develop methods for encoding sensory data onto the cortex using pulsed ultrasound.

Extrait de : Remote Control of Brain Activity Using Ultrasound

Sur le même sujet on peut voir aussi  :

et cet extrait 


" For instance, when focused on the motor cortex of mice, TPU has been shown to induce paw movements without changing the structure or function of that area of the brain. This proves that this method is capable of controlling brain activity at a high cognitive level. It is clear that shorter waves are able to activate neuron activity while longer waves inhibit it. However, the mechanism responsible for this reaction is yet to be discovered. A recent leading hypothesis is the mechanical manipulation of stretch-sensitive membranes actually stimulates certain voltage-gated ion channels, such as sodium or calcium, thus modulating neuronal activity.[1] "

vendredi 6 octobre 2017

Utilisation des canalisations d'un immeuble pour torturer des cibles



Les deux mini-vidéos destinées à cet article semblent avoir du mal à se charger et seront ajoutées ultérieurement.
Quelques nuits plus tôt, les tirs  d’énergie visant la tête venaient du dessous et atteignaient la nuque. 
En superposant les plans de l’appartement ,  ceux  du sous-sol, et en comparant avec  l’emplacement du lit pour cette nuit-là,  il était clair que ces tirs d’énergie ne  seraient venus  ni d’une cave , ni d’un garage, mais d’un espace ouvert. Un couloir. 
Comme d'habitude, les tirs augmentaient en intensité au fur et à mesure de l'ajout des protections. Mais jusqu'à un certain point . Au-delà , l'intensité des tirs étaient 
1° dangereux ( risque d'AVC)
2° beaucoup plus  évidents en détection. et sachant qu'actuellement les tirs d'énergie dirigée portent surtout une énergie complémentaire vers le cerveau : des ELF qui peuvent se décliner
- - parfois, en sons qui s'enfilent dans une oreille et réactivent le cerveau, 
-- parfois,  en ultrasons inaudibles mais qui font leur pétarade à l'intérieur de la boite crânienne.
Les tirs semblent être considérés comme réussis quand ils atteignent la masse molle du cerveau.
En sur-blindant le dessous du lit, cette fois-là ,  il avait été relativement possible de dormir.
Mais depuis, les tirs d’énergie ,  visant la tête  qu'ils retrouvent partout,  avaient repris  et venaient du dessus. Or cette colonne  d'appartements de l’immeuble est actuellement complètement vide . Il n’y a , par ailleurs,  aucun voisin sur les côtés.
On pourrait donc en déduire que les canalisations de l’immeuble sont utilisées pour torturer des cibles , par un moyen un peu sophistiqué et géré à distance. 

Sinon, il pourrait aussi s'agir, pour cette provenance des tirs, de l'intrusion d'une(e) individu(e) venu satisfaire ses pulsions sadiques en cachette.
Ce qui n’empêche pas le reste,  sous forme de tirs de sociopathes,  et qui vient en complément.
La nuit avait commencé ainsi , et ça faisait mal . Parfois , très mal, comme à 22H20 et 23h37 , 23h39 et 23H50. ( vidéo impossible à transférer) 

Ceci , montre une décharge électrique dans le cerveau
au moment du tir qui a traversé la boite crânienne

autre tir, autre décharge électrique
Il faut préciser aussi  q'un EEG en hôpital précise 
que ce cerveau-là ne présente pas  
  de problème de type Epilepsie

Cette partie de la nuit montrait aussi ceci (EEG)  au moment des tirs: 


et encore ceci 




Mais le plus surprenant tient à ceci qui montre un état d’intense activité cérébrale et dont je n’avais pas conscience, jusqu’au moment ( 0h36.53) où j’avais enlevé le casque EEG sans y réfléchir ,  et alors même qu’il ne me gênait pas . Pour enlever un chapeau ou un casque EEG , il n'est pas besoin d'ondes Bêta. ( ici 23 Hz et 27 Hz)

A 0H25.10


A 0h26.04


A  0H27.28
et à 0H 36.56

et ceci  ci-dessous pour les  différentes fréquences  et leur %
L'indication pour la compréhension des 3 colonnes successives  , 
se trouve en haut à gauche 


Ici, le tableau donne des indications sur les fréquences  bêta surtout, 
repérées par l' EEG
en pleine nuit et qui semblent indiquer une activité cérébrale intense .


A 0H25.17

A 0H28.44


Ou encore à 0H36




Les lettres suivies d'un chiffre indiquent une électrode.
Une carte de ces électrodes et de leur emplacement sur la boite crânienne se trouve un peu plus haut dans ce blog.


dimanche 17 septembre 2017

TORTURE au RADAR - 1' 10" pour retrouver le corps et viser la tête


Pour rentrer dans le parking , en voiture, il existe un rond point inévitable. L’un des harceleurs anonymes qui ne me lâchent pas d’un déplacement,  m’y attendait avec son  appareil photo et son excuse.
Dans la littérature anglo-saxonne qui explicite le harcèlement criminel en réseau, « l’excuse » caractérise  le ou les éléments utilisés par les harceleurs, pour faire croire à une situation normale et semer le doute chez leur cible. On trouve ce procédé basique de l’apparente normalité d’un geste ou d’une action,  dans tous les  mauvais  films  d’espionnage  .
Ici, « l’excuse » était la petite famille : compagne + deux inoffensifs minots. 
Le harceleur de service, dans ma ligne de mire,  avait fait la mise au point  de son appareil photo  quelques secondes avant mon passage. A mon approche, il avait brusquement  visé et photographié ma voiture arrivant de face . Comme par erreur. Il avait ensuite dans un second geste ostentatoire , pris une seconde photo ( ou fait semblant)  visant l’horizon lointain  de bord de mer  sans intérêt,  avant de   foncer à toute vitesse sur la plage  entrainant  femme et enfants  . 
Dans le harcèlement en réseau basique, ce procédé de la photo  par surprise est destiné
  • - à inquiéter la cible
  • - à diffuser dans un réseau de copains ou de quartier , la photo du véhicule et de la cible  à poursuivre et harceler, en essayant ainsi d’agrandir encore un peu plus le groupe des harceleurs inconditionnels.
Et pour ce qui est de  l’intérieur de mon appartement,  il y avait ceci, minuscule mais bien en évidence :

détail




Toutes les fenêtres de l’appartement étant fermées, un violeur de domicile , était bien entré par la porte. Comme d’habitude.
Ce petit sac  contenant une pile avait été volé plusieurs jours plus tôt , dans mon véhicule laissé dans le parking. Le véhicule avait été retrouvé ouvert, au matin. C’était la quatrième fois, depuis le début du mois.
La volonté locale  d’inquiéter ou d’angoisser en laissant le véhicule ouvert,  était manifeste. Là aussi.
En harcèlement en réseau de type mafieux, ce  type de dépôt d’objet anodin  , bien en évidence, est censé être porteur d’un message. Au choix, pour faire travailler l’imagination et/ou  induire des conclusions qui seront autant de fausses pistes d’explication. Le sens du message est, en fait,  dans le mental perturbé des crétins qui s’adonnent à ce jeu débile , faute d’intérêt dans leur vie ,  de tout  sens moral ou d’un élémentaire  respect des autres.
Les français  harceleurs au mental très perturbé , de toutes les classes sociales, s’ adonnent à ce jeu de groupe imbécile , avec une constance déconcertante.
Sachant que tous les appartements situés dans la colonne au-dessus du mien étaient vides, je m’étais allongée sur mon lit. Quelques minutes plus tard , il y avait eu du ramdam dans l’appartement du dessus n° 16.

Le crétin de service,  sans doute résident voisin,  y était même peut-être  entré avec son portable, sinon la détection de 200 µW/ m2 indique la mise en service d'un appareil , radar, antenne ou autre.



La fréquence radar de 1000 MHz ( 1 GHz) est en effet celle , pratique, qui peut  donner l'impression d'une fréquence de téléphonie.



Le tir dans mon cerveau avait été quasi immédiat. C’est souvent ainsi. Les criminels accros de torture de femmes, sont en embuscade permanente,  soit  à disposition en proximité et/ou par roulement,  pour mettre un appareil en fonction, dans l’attente de leur première poussée sadique d’adrénaline  grâce au tir effectué en cachette  vers  un être humain désigné à torturer avec un radar qui débitera des tirs.
Quelques jours plus tôt j'avais poussé la porte d'une gendarmerie pour porter plainte contre X pour tirs d'énergie au cerveau. 
" jamais entendu parler "avait été la réponse du pandore qui n'avait paru ni surpris, ni intéressé et nécessite manifestement un stage de mise à niveau.
Sauf si..cette torture est le fait de collègues ou copains à protéger plus que les victimes.
Puisqu'il est connu et constant que le harcèlement criminel en réseau se fait sans perdre de temps, caché sous les habits de la fonction ,  protégé par l'aura du métier  et avec les outils de travail mis à disposition et détourné à des fins personnelles. 
Les radars sont surtout les instruments de travail des policiers, gendarmes , militaires et autres pilotes de ligne. 
Or en cinq ans de plaintes renouvelées , aucune enquête n'a jamais été diligentée. Aucune policière ou gendarmette n'était venue en catimini , envoyée par son service, pour tester la véracité de  cette torture et de  ce crime .Bizarre , non ? 

Cet appartement, pour le moment sans box ADSL, semble sous surveillance constante par signaux électromagnétiques , si j’en crois les incessantes sensations de brûlures du cuir chevelu, du visage (sourcils, front, oreilles,  nuque) et des jambes ( genoux, chevilles, orteils) .
 Sous l'effet de ces signaux, le frigidaire réagit aussi par de soudains ronflements inquiétants.
Pour la nuit, j’avais voulu choisir mon lit . Grave erreur. Le canardage par tirs fulgurants m’avait vite fait migrer sur le sol du couloir. Pas mieux, après 20 ‘ de répit. 


A plus de 23 h, j’avais commencé à charger la console pour me fourrer dessous, en superposant 
  • - 2 plaques de fonte ( fond de cheminée) 
  • - 6 plaques d’aluminium, 
  • - 5 cms de plaques de caoutchouc synthétique, 
  • - 5 couvertures de survie pliées en 4 et 
  • - les oreillers et coussins du sommet  pour une épaisseur compacte d’environ 30 cms. 
Et , au bout d’une minute 10 en position allongée,  un tir fulgurant, représenté en détection seulement par ceci ci-dessous ,  m’avait atteinte  au centre du cerveau. Le tireur fou n’avait mis que  70 secondes pour trouver ma  nouvelle couchette et   m'atteindre  à la tête.

J’avais perdu connaissance. 
Ça aide à oublier la pourriture  mentale ambiante des faibles d'esprit et  des salauds  en bande organisée de ce pays  de tortionnaires au radar . Aussi.

Au matin, le lendemain de ce tir qui m’avait envoyée dans les  limbes , en attendant  que ce soit ad patres , j’avais émergé avec perte d’équilibre,  mal aux yeux, mal à la tête lourde comme un bloc de ciment , envie de vomir et  suicidaire .

D’autres fois, c’est plutôt trucidaire. Et ça ne dépend pas de mon libre arbitre .
Un jour, un flic, peut-être pour les aider, avait (peut-être, encore) fait semblant de me donner un conseil , en termes avoisinants ceux-ci :   A votre place , je feindrais la folie .
Pour faire plaisir à des fous assassins ?