mercredi 25 octobre 2017

36 chandelles en 27 minutes



Wikipedia explique cette expression populaire comme suit 
En 1464, on ne disait pas "voir 36 chandelles", mais "voir les chandelles". Au fil du temps, on est passé "des chandelles", à mille, et même cent mille, puis à 36. Cette expression signifie que l'on est tout étourdi, soit à la suite d'un choc physique, soit à l'annonce d'une nouvelle bouleversante.



Ici, 36 correspond aux  nombre de chocs dans le cerveau produit en 27 minutes ,  et par une énergie  traversante qui  m’avait à la fois réveillée par la douleur mais aussi rendue incapable de bouger pour fuir. 


Il avait fallu 27 minutes pour que je réussisse à me conditionner à réagir et à quitter l’appartement. 
Pour cette nuit-là, il y avait un seul autre résident dans l’immeuble .

Les tirs d’énergie venaient du dessus . 
Comme d’habitude , la cadence  des tirs avait augmenté après le repérage de l’azimut cherché et trouvé.
Finalement cette  vidéo a pu  être mise en ligne ,  grâce à l'aimable intervention de La Proscrite .
La vidéo  montre , une nouvelle fois , en accéléré, et sur une période de   1 minute  40  , les déflagrations électriques provoquées dans le cerveau par ces tirs d’énergie.

http://laproscrite.canalblog.com/archives/2017/10/26/35807173.html

Les indications « outbreak »  sont des alertes qui correspondent aux souffrances  du cerveau. 
Ici, le cerveau est  directement attaqué et souffre, n’en déplaise à tous ceux qui ne connaissent et reconnaissent la douleur que véhiculée  de l’extérieur vers le cerveau

Et , pour les faussaires  habitués à maltraiter les victimes et à les soupçonner  du type de manigances dont ils sont eux-mêmes familiers,    je précise en  plus, une nouvelle fois,  que je n’ai pas accès aux données enregistrées par l’EEG  ( dit ,  Holter) qui est un appareil d’imagerie médicale et vendu par une société spécialisée de matériel médical. 

mardi 10 octobre 2017

IMAGE MENTALE et tirs d'énergie dans le cerveau



Ces images mentales, déjà mentionnées, précèdent les tirs d’énergie dirigée dans le cerveau d’un pouième de fraction de seconde. 

Elles ne durent, elles aussi ,  pas plus que cela. 
Il faut un effort mental  volontaire pour  les mémoriser tout en faisant face à la douleur du tir alors ressenti.

Ces images ont toutes été en 3 D. Elles représentent un mouvement ,   et  sont en noir et blanc. Sauf une : la dernière qui présentait des couleurs . Ce qui est incompréhensible. 

Dans l’article de Wikipédia «  comment se fabriquent les images mentales » on apprend que notre environnement n’a pas de couleurs, seulement  des rayonnements magnétiques de différentes longueurs d’ondes. 

Selon cet article ,  La lumière visible pour l'homme a une longueur d'onde comprise entre 400 et 800 nanomètres.
L’article précise aussi  : Ces rayons lumineux entrent dans l'œil, sont réfractés par le cristallin et sont projetés comme une petite image inversée sur la rétine, l'écran situé au fond de l'œil.
OK . 
Donc pour que le cerveau « voit » en couleurs , il faudrait  que la rétine  soit impressionnée.



Or la dernière image mentale que j’avais réussi à  fixer,  avait été produite les yeux fermés et la tête sous un bardas de protection . La dernière couche des diverses  protections et  située juste au dessus du front  et des yeux était BEIGE

L’image mentale était un tourbillon, pâlement coloré  ( pas du tout comme cette image) d’une myriade de nuances différentes.

Les autres images mentales notées au fil des années  , mais que je n’ai pas eu le temps de recenser, comprennent , parmi celles que j’ai mémorisées,   :
- une porte qui se ferme en claquant, 
- un bras qui se soulève, 
- un chewing gum qui se tend, 
- un mouvement de la main , ( physiquement, c’est l’épaule qui avait  sursauté)
- un chien qui tire sur sa laisse, 
- une chaise qui tombe,
-- une vis qu’un pouce enfonce dans un plafonnier (14-10-17)

Le tir  qui avait suivi m’avait atteinte dans le lobe frontal. 
Ma tête était empaquetée de sacs de gel qui débordaient jusqu’aux yeux et sur les tempes . Ma tête se trouvait sous la console alors que j’étais allongée par terre. 
La console était surchargée , juste au-dessus de la tête à protéger de toutes les épaisseurs efficaces et disponibles dans cet appartement.  
L’énergie du tir, avait traversé le cerveau , suivi un nerf ( sans doute) et implosé dans les bronches.
C’était à  HUR-LER.

Le jeu des psychopathes qui effectuent ces prouesses comporte deux volets d’expression de domination pour sentiment d’ insécurité totale de leur proie
- retrouver la tête PARTOUT pour tirer dedans
- traverser TOUTES les épaisseurs possibles de protection avec un tir précis et d’une férocité de déments  .

Toutes ces bizarres et  inutiles images mentales avaient   systématiquement précédé  à la vitesse de l’éclair,  un tir d’énergie dans le cerveau . 
L'image était peut-être produite par une excitation de neurones spécifiques mis à feu par le tir d'énergie 

La survenue habituelle de ces images mentales laissait cependant le temps d’une fugace sensation d’anxiété d’anticipation de l’immédiate souffrance à venir, et due au tir dans le cerveau .
La sensation de souffrance dans le cerveau était postérieure.

Une image mentale plus élaborée avait été notée  dans l’article
https://lesharceleurs.wordpress.com/2015/09/11/un-tir-dondes-a-23h01-avait-traverse-le-mu-metal/
Le MU métal ne protège pas des tirs d’énergie. Il est censé protéger  des ELF, sauf, peu-être,  si les ELF sont propulsées de force dans le cerveau. par des tirs d’énergie

A défaut d’avoir eu l’énergie nécessaire  ou le temps,  pour essayer de comprendre ce phénomène  qui peut  seulement résulter d’une excitation inappropriée du  cortex visuel ou autre,  et ......
sans du tout préjuger d’une éventuelle relation entre ce phénomène  décrit et une quelconque expérimentation,   ceux qui sont intéressés ,  peuvent piocher dans les textes du Dr Willaim J Tyler et qui écrit dès 2010 

"These illustrations show the surgical invasiveness of deep-brain stimulating electrodes (left) and depict the low spatial resolutions conferred by transcranial magnetic stimulation (right). (Image: Tyler Lab)

To overcome the above limitations, my laboratory has engineered a novel technology which implements transcranial pulsed ultrasound to remotely and directly stimulate brain circuits without requiring surgery. Further, we have shown this ultrasonic neuromodulation approach confers a spatial resolution approximately five times greater than TMS and can exert its effects upon subcortical brain circuits deep within the brain.
A portion of our initial work has been supported by the U.S. Army Research, Development and Engineering Command (RDECOM) Army Research Laboratory (ARL) where we have been working to develop methods for encoding sensory data onto the cortex using pulsed ultrasound.

Extrait de : Remote Control of Brain Activity Using Ultrasound

Sur le même sujet on peut voir aussi  :

et cet extrait 


" For instance, when focused on the motor cortex of mice, TPU has been shown to induce paw movements without changing the structure or function of that area of the brain. This proves that this method is capable of controlling brain activity at a high cognitive level. It is clear that shorter waves are able to activate neuron activity while longer waves inhibit it. However, the mechanism responsible for this reaction is yet to be discovered. A recent leading hypothesis is the mechanical manipulation of stretch-sensitive membranes actually stimulates certain voltage-gated ion channels, such as sodium or calcium, thus modulating neuronal activity.[1] "

vendredi 6 octobre 2017

Utilisation des canalisations d'un immeuble pour torturer des cibles



Les deux mini-vidéos destinées à cet article semblent avoir du mal à se charger et seront ajoutées ultérieurement.
Quelques nuits plus tôt, les tirs  d’énergie visant la tête venaient du dessous et atteignaient la nuque. 
En superposant les plans de l’appartement ,  ceux  du sous-sol, et en comparant avec  l’emplacement du lit pour cette nuit-là,  il était clair que ces tirs d’énergie ne  seraient venus  ni d’une cave , ni d’un garage, mais d’un espace ouvert. Un couloir. 
Comme d'habitude, les tirs augmentaient en intensité au fur et à mesure de l'ajout des protections. Mais jusqu'à un certain point . Au-delà , l'intensité des tirs étaient 
1° dangereux ( risque d'AVC)
2° beaucoup plus  évidents en détection. et sachant qu'actuellement les tirs d'énergie dirigée portent surtout une énergie complémentaire vers le cerveau : des ELF qui peuvent se décliner
- - parfois, en sons qui s'enfilent dans une oreille et réactivent le cerveau, 
-- parfois,  en ultrasons inaudibles mais qui font leur pétarade à l'intérieur de la boite crânienne.
Les tirs semblent être considérés comme réussis quand ils atteignent la masse molle du cerveau.
En sur-blindant le dessous du lit, cette fois-là ,  il avait été relativement possible de dormir.
Mais depuis, les tirs d’énergie ,  visant la tête  qu'ils retrouvent partout,  avaient repris  et venaient du dessus. Or cette colonne  d'appartements de l’immeuble est actuellement complètement vide . Il n’y a , par ailleurs,  aucun voisin sur les côtés.
On pourrait donc en déduire que les canalisations de l’immeuble sont utilisées pour torturer des cibles , par un moyen un peu sophistiqué et géré à distance. 

Sinon, il pourrait aussi s'agir, pour cette provenance des tirs, de l'intrusion d'une(e) individu(e) venu satisfaire ses pulsions sadiques en cachette.
Ce qui n’empêche pas le reste,  sous forme de tirs de sociopathes,  et qui vient en complément.
La nuit avait commencé ainsi , et ça faisait mal . Parfois , très mal, comme à 22H20 et 23h37 , 23h39 et 23H50. ( vidéo impossible à transférer) 

Ceci , montre une décharge électrique dans le cerveau
au moment du tir qui a traversé la boite crânienne

autre tir, autre décharge électrique
Il faut préciser aussi  q'un EEG en hôpital précise 
que ce cerveau-là ne présente pas  
  de problème de type Epilepsie

Cette partie de la nuit montrait aussi ceci (EEG)  au moment des tirs: 


et encore ceci 




Mais le plus surprenant tient à ceci qui montre un état d’intense activité cérébrale et dont je n’avais pas conscience, jusqu’au moment ( 0h36.53) où j’avais enlevé le casque EEG sans y réfléchir ,  et alors même qu’il ne me gênait pas . Pour enlever un chapeau ou un casque EEG , il n'est pas besoin d'ondes Bêta. ( ici 23 Hz et 27 Hz)

A 0H25.10


A 0h26.04


A  0H27.28
et à 0H 36.56

et ceci  ci-dessous pour les  différentes fréquences  et leur %
L'indication pour la compréhension des 3 colonnes successives  , 
se trouve en haut à gauche 


Ici, le tableau donne des indications sur les fréquences  bêta surtout, 
repérées par l' EEG
en pleine nuit et qui semblent indiquer une activité cérébrale intense .


A 0H25.17

A 0H28.44


Ou encore à 0H36




Les lettres suivies d'un chiffre indiquent une électrode.
Une carte de ces électrodes et de leur emplacement sur la boite crânienne se trouve un peu plus haut dans ce blog.