mercredi 28 mars 2018

Toxicité des hyperfréquences micro-ondes




Le texte ci-après est extrait d’un site commercial qui propose des évaluations ,  des détections et des protections contre les hyperfréquences de l’environnement. 



Ce texte a été proposé par une personne du groupe des individus ciblés  par le harcèlement électronique .  Cette personne fait partie des associations  ( ADVHER et FREE ACT-ARTICLE 3) qui regroupent , informent et défendent les IC ( Individus Ciblés par le harcèlement électronique ) 

Selon cette IC, le  présent texte  est destiné a rappeler les informations de base que tout individu ciblé ,  fragilisé par le harcèlement électronique , doit connaître et garder en mémoire, pour pouvoir analyser sa situation spécifique , en tenant compte d’abord ,  aussi et surtout  des conditions de son environnement. 



Comme suit : 

Jusqu’à récemment, seuls les rayonnements ionisants (X, gamma), et dans une moindre mesure les UV, étaient considérés dangereux. Ces rayonnements sont bien connus pour leurs effets destructeurs.  La peau bronze sous l’influence des UV et vieillit plus rapidement. Des cancers cutanés surviennent suite des expositions de longue durée. 

La communauté scientifique a mis 30 à 50 ans avant de reconnaître la dangerosité des rayons X et gamma. En 1943, Marie Curie meurt de leucémie, sans que personne ne fasse le rapprochement avec ses travaux sur la radioactivité. De nombreux radiologues meurent de cancer, avant que des mesures de protection soient enfin prises.

Aujourd'hui, l'histoire se répète avec les hyperfréquences pulsées. Des milliards de gens s'exposent sans précaution aux rayonnements micro-ondes des appareils de communication modernes : téléphones portables, téléphones sans fil d'intérieur DECT, antennes relais, systèmes de transferts de données (WIFI, WIFIMAX, bluetooth).


Le cancer du cerveau de Jean-Louis Servan Schreiber n'est pas arrivé par hasard (90% des cancers ont une origine environnementale). Jean-louis reconnaissait ne pouvoir se passer de téléphone portable. Comme beaucoup de ses contemporains, il passait plusieurs heures de communication chaque jour. 

La mort à 42 ans de Jean-Luc Delarue d'un cancer de l'estomac est un autre exemple des conséquences désastreuses de l'irradiation micro-onde. L'animateur portait sur lui un micro sans fil. L'appareil, caché sous sa veste et fixé à sa ceinture, émettait constamment des micro-ondes pulsées.

L'épidémie de cancers et maladies dégénératives (troubles immunitaires, accident vasculaire cérébral) a déjà commencée. L'irradiation électromagnétique par les hyperfréquences pulsées sera probablement le plus grand scandale sanitaire du XXI ° siècle. Les autorités sanitaires sont complices de ce génocide programmé. 
Quelques exemples pour mieux comprendre.

Mme W. professeur de physique, utilisait le téléphone sans fil d'intérieur (technologie DECT) et la téléphonie mobile 2G. A 47 ans, elle se plaint de violents maux de tête. Un scanner cérébral révèle un cancer du cerveau, du côté précisément où elle téléphonait. Elle est opérée en urgence pour l'excision de la tumeur. Une radiothérapie et une chimiothérapie suivent. Très diminuée physiquement, elle revient dans son habitation après une année de convalescence et rééducation. Son état finit par se détériorer et elle décède quatre ans plus tard à l'âge de 51 ans.

Mme K. était notre médecin référent. Un téléphone DECT et un émetteur WIFI irradiaient 24H/24 son bureau. Moins de 5 minutes d'exposition me donnait de violents maux de tête. En dépit de mes avertissements répétés, elle ne change rien à ses habitudes. Les années passaient et je m'étonnais toujours de la bonne santé apparente de Mme K. L'inévitable finit par arriver. Elle déclare un cancer inopérable et décède le jour de Noël à l'âge de 39 ans.


Depuis une dizaine d'années, de nouvelles fréquences artificielles, les hyperfréquences pulsées, ont envahi notre environnement : réseaux de téléphonie mobile (GSM, UMTS, LTE), téléphones d'intérieur DECT, systèmes de transferts de données (bornes WIFI, WIMAX, Bluetooth), radars et répéteurs paraboliques, fours à micro-onde, TNT, souris et claviers sans fil, etc...).

De nombreuses études scientifiques confirment la nocivité des ondes électromagnétiques, à des valeurs des centaines de fois inférieures aux normes internationales.

Plusieurs facteurs influencent la toxicité des hyperfréquences (micro-ondes) pulsées : intensité du champ électrique, temps d’exposition, énergie transportée, énergie absorbée, caractère pulsé.

  • Champ électrique (V/m).
La mesure du champ électrique détermine la puissance, l"amplitude ou l’intensité du rayonnement. Le champ électrique peut être mesuré en mode peak et en mode RMS. Seule la mesure en mode peak est valable pour évaluer les fréquences pulsées.
Les experts indépendants ont fixé le seuil de sûreté à 0,1 V/m, seuil à partir duquel des effets biologiques commencent à être observés.

L'intensité du rayonnement émis par un téléphone portable dépend du DAS et de la qualité du réseau. Le DAS est le débit d’absorption spécifique propre à chaque téléphone portable. 

C’est l’énergie maximale exprimée en watts/kg. La valeur maximale de DAS est de 2W/kg pour les téléphones GSM et 0.5W pour les téléphones UMTS. Le DAS indique donc la puissance maximale émise par un téléphone. Plus le DAS est bas, moins le téléphone rayonnera, mais aussi moins bonne sera la réception.

S'il convient de privilégier les téléphones dont le DAS est le plus faible, se limiter à ce seul critère est extrêmement réducteur. L'unité DAS est obsolète. L'important est la qualité du réseau. En effet, si la réception est mauvaise, le téléphone augmente automatiquement sa puissance pour communiquer, et l'irradiation augmente proportionnellement.

Le choix du réseau et de l'opérateur sont donc essentiel pour limiter l'irradiation. 
Le rayonnement des antennes relais varie en fonction du trafic, avec des valeurs maximales à 18H et presque nulles vers 2-3H du matin.
  • Temps d’exposition.
Cet aspect est fondamental pour comprendre la nocivité des faibles doses. L'exposition à un rayonnement faible sur un temps long est aussi toxique (voire plus) qu’une exposition forte sur un temps court.

L'irradiation est proportionnelle à la quantité d'informations téléchargées et au temps d'exposition. Il est déconseillé d'utiliser un téléphone 3G ou 4G pour charger des pages Internet et regarder des vidéos. 

Pour les bornes WIFI et la téléphonie DECT, l’irradiation est continue (24H/24). L’effet biologique est donc maximal. En définitive, aucune dose n’est inoffensive et les scientifiques indépendants parlent de seuil maximal acceptable. C’est le principe ALARA des Anglo-saxons (as low as reasonably acceptable).

  • Energie transportée.
L’énergie photonique transportée dépend de la fréquence porteuse. Plus la fréquence est élevée, plus l’énergie est grande et plus grands seront les effets biologiques.
Pour tenir compte de ce facteur, les valeurs limites internationales diminuent lorsque la fréquence augmente.

Les ruptures d’ADN sont observées avec les micro-ondes pulsées. L’étude internationale Reflex en a définitivement apporté la preuve.

Pr Franz Adlkofer, coordinateur de l’étude internationale Reflex, a constaté que les signaux UMTS (2 GHz) sont plus dangereux que les signaux GSM. 
Des coupures d’ADN apparaissent à seulement 1/40ème (2,5%) des valeurs limites. Cela s’explique par l’énergie transportée et la quantité d'information plus grande véhiculée par la 3G. 
En pratique, les téléphones 3G/UMTS) ont leur puissance limitée à 0,5W (à comparer à la puissance de 2W d’un téléphone 2G/GSM). 

La fréquence de résonance de la molécule d’eau est 2,5 GHz Cette propriété est utilisée pour chauffer l’eau avec le four à micro-onde.

Les rayonnements hyperfréquences utilisés par les technologies modernes de communications et de transferts de données sont très proches de la fréquence de résonance de l’eau. Il faut préciser que les tissus vivants sont constitués de 90% d’eau. De nombreuses molécules d’eau entourent l’ADN cellulaire. Par conséquent, toute agitation moléculaire à la fréquence de résonance de l’eau déstabilise l’ADN intracellulaire. Toutes les fréquences situées à proximité de 2,5 GHz sont donc potentiellement toxiques.

  • Energie absorbée.
L’énergie absorbée dépend du rapport entre la longueur d’onde et la longueur du corps traversé. 
Ainsi pour la fréquence de 50 MHz (téléphones sans fil analogiques d’intérieur, CT1), la longueur d’onde est de 6 m. Si l’on prend 0,30 cm pour valeur de l’épaisseur du corps humain, on obtient le rapport suivant : 6/0,3 =1/20(5% de l’énergie transportée).

Concrètement, cette fréquence est 20 fois moins absorbée qu’une fréquence de 1 GHz.
C'est l'explication de l'innocuité des ondes radio (PO, GO, OC, FM). Ces ondes traversent le corps humain sans être absorbées.

En réalité, la vitesse varie en fonction du milieu traversé. A 900 MHz (téléphonie GSM), la longueur d'onde est de 33 cm dans le vide et de 3,5 cm dans le corps humain. L’énergie des rayonnements micro-onde est donc bien absorbée. A 4,5 cm de profondeur, on ne trouve plus que 1% de la puissance incidente. Pour une fréquence de 900 MHz, la majeure partie de l'énergie est absorbée dans les premiers centimètres.

Plus la fréquence devient élevée, plus l'absorption se rapproche de la surface. Les champs électromagnétiques de fréquence supérieure à 10 GHz sont reflétées ou absorbés à la surface de la peau. La quantité d'énergie qui pénètre dans les tissus sous-jacents est très faible (pas d'effet biologique).

  • Caractère pulsé.
Les rayonnements utilisés par la radio, la télévision, les anciens téléphones sans fil d’intérieur (type CT1), ainsi que par les premiers téléphones mobiles étaient de type analogique, c'est-à-dire que le signal est continu. 

Le signal est modulé en fréquence (FM) ou en amplitude (AM) pour transmettre des informations. Le rayonnement est continu, c'est-à-dire non pulsé. Observé à l’oscilloscope, on peut voir le rayonnement onduler gentiment.
Il n'en est pas de même des fréquences utilisées par les technologies modernes (GSM, UMTS, LTE, WIFI, WIMAX). 

Ces ondes sont pulsées à basse fréquence avec des montées en puissance rapides et courtes. L’émission est discontinue. Les pics d’amplitude sont à l’origine de la forte toxicité des hyperfréquences pulsées, nocivité d’ailleurs souvent niée par les opérateurs. Cette notion est fondamentale pour comprendre la nocivité des micro-ondes pulsées.

Toutes les hyperfréquences pulsées à basse fréquence (fréquences ELF de 3 à 300 Hz) produisent des effets biologiques sur les êtres vivants.

Les ondes WIFI sont pulsées à 10 Hz (fréquence proche de celle des ondes émises par le cerveau). A cette fréquence s’ajoutent des signaux utilisés pour transmettre les données (toutes les millisecondes). Pour constater les effets de la WIFI, il suffit de placer une borne WIFI allumée sous votre lit. L’insomnie est garantie.

L'émission hyperfréquence d'un téléphones DECT est pulsée 100 fois par seconde.

La basse fréquence associée au GSM (téléphonie mobile) est de 217 Hz.

Les antennes relais comportent jusqu’à 8 canaux, ce qui multiplie d’autant les pics d’émission (maximum de pulsation basse fréquence 8X217= 1736 Hz).

L'article suivant explique, en plus ,  pourquoi les hyperfréquences pulsées sont cancérigènes.






Suicide - Folie - V2K - Violence ..... programmables


Ce qui suit est une copie d'un entretien avec Barrie Trower , ex-agent des services britanniques et devenu lanceur d'alerte . Cet entretien   présenté par ICAACT a été fait par Lars Drudgaard. 
Les quelques paragraphes en caractères gras  et avec une police de caractère différente, correspondent à un choix  personnel d'information mise en exergue . 
****
Lars Drudgaard : Bonjour ! Je m’appelle Lars Drudgaard, et je suis très honoré d’avoir la chance de vous interviewer, avec mon collègue danois Stephen Bell, pour l’ICAACT.
Dr. Barrie Trower : Avec plaisir.
LD : Pouvez-vous vous présenter ?
BT : Je vais vous dire comment j’en suis arrivé là. Au cours des années 60, dès le tout début des années 60, j’ai été formé à l’usage militaire des micro-ondes par le gouvernement. J’en ai étudié tous les aspects, et une fois ma formation à l’armée terminée, comme j’avais une grande expertise dans le domaine des micro-ondes, on m’a demandé si je voulais poursuivre ces recherches. […]
J’étais un agent. Je n’aime pas le mot agent secret, car quand vous dites agent secret, vous pensez à James Bond, qui n’était ni un agent secret, ni un espion. Ce personnage de fiction faisait partie du renseignement militaire, et je n’étais pas dans là-dedans. J’étais un agent. Je collectais secrètement des informations, et j’ai passé 11 ans à collecter des informations des espions, ce qui n’était qu’une petite partie, une très petite partie de mon travail. J’interrogeais aussi les terroristes internationaux, les criminels internationaux, j’interrogeais quiconque présentant un immense intérêt. Pour ce faire, je me suis formé pendant de nombreuses années.
L’histoire des armes à micro-ondes

Arme à micro-onde
[Il est question ici d’expériences menées par les soviétiques sur l’ambassade américaine durant la Guerre Froide]. Ils ont découvert qu’il y avait un taux anormal de cancers du sein, d’enfants atteints de leucémies… et d’autres cancers, et ils ne comprenaient pas pourquoi. Alors ils ont changé certains employés, et les nouveaux ont aussi eu des leucémies et des cancers. Ils ont une nouvelle fois changé l’équipe, et ils se sont rendus compte qu’ils étaient exposés à des micro-ondes.
C’est là que les Etats-Unis ont mal agi. Ils ont décidé de ne rien dire. Les américains ont utilisé leur propre peuple comme des rats de laboratoire pour développer leurs propres armes. Quand on a découvert ce qu’il se passait, il y a bien sûr eu un démenti, comme toujours. Puis il y a eu un rapport secret. Et finalement un professeur de renom, John Goldsmith, qui je crois avait environ dix-huit chaires, rédigea le rapport définitif et a découvert que les micro-ondes de faible intensité provoquaient une énorme quantité de cancers, de leucémies, et d’autres troubles. A l’époque, il y avait un engouement généralisé pour les micro-ondes en tant qu’arme furtive, et on les retrouve depuis lors (les années 50) jusqu’à aujourd’hui.
Des manifestants pacifiques attaqués par des armes à micro-ondes

La manifestation pacifique
Les documents montrent comment les femmes d’une manifestation pacifique à Greenham Common, ont été ciblées par des armes à micro-ondes. Tout ce qu’elles faisaient était de camper en dehors du périmètre de la base américaine et il n’y avait ni violence, ni injures, ni cris, c’était une manifestation pacifique. Il a été révélé que les femmes avaient été ciblées depuis la base américaine, ce qui a même été mesuré. Elles avaient été bombardées d’ondes pour les rendre malade, et quand les résultats sont tombés, il y avait une quantité anormalement élevée de tumeurs, de changement de personnalité, et de tendance suicidaire chez ces femmes.
Comme vous le savez, avec une fréquence pulsée, vous pouvez rendre quelqu’un suicidaire. Les personnes ne prennent plus alors la peine de manifester. Leur seul désir est de rester au lit ou de dormir toute la journée. Donc, si vous ciblez des manifestants, si vous les rendez dépressifs, ils ne cherchent plus à manifester, ils sont épuisés. Si vous voulez induire une maladie mentale spécifique, il vous faudra un appareil infrarouge qui suivra la personne, et vous le ferez fonctionner avec un émetteur de micro-ondes aussi fin qu’un stylo, de sorte que le faisceau de micro-ondes cible toujours une glande en particulier, ou une partie du cerveau en particulier, ou un œil, ou le cœur.

Arme à micro-onde
Une expérience consistait à cibler une personne ordinaire, la rendre folle, et faire en sorte qu’elle aille chez un psychiatre qui n’était pas au courant de l’expérience, et qu’il diagnostique une schizophrénie, une paranoïa ou une autre maladie psychiatrique. Dans ce cas, l’expérience avait réussie et la personne passait le reste de sa vie dans un asile, dans le malheur. Mais pour le gouvernement, c’était un succès.
Les humains étaient considérés comme des rats de laboratoires. S’ils voulaient mener des expériences sur vous, ou sur des milliers de personnes, ils le faisaient. On peut vous conduire à la folie et à la mort. Vous représentez une case que l’on coche sans aucune émotion. C’est ce qu’ils font, et c’est pour cela qu’ils sont au-dessus de la loi.
Prêts pour des micro-puces implantées sur les humains ? 

Arme à micro-ondes
Mon travail consistait à parler aux gens et à comprendre pourquoi ils faisaient ce qu’ils faisaient, à un niveau humain de conversation. Pour les espions, il fallait savoir pourquoi ils étaient là. Je ne peux pas entrer dans les détails. J’ai probablement eu 40-50 conversations hautement « top secrètes » durant mes voyages. Deux d’entre elles concernaient la mort de chefs d’Etats. Leurs successeurs m’ont dit qu’ils pensaient qu’ils avaient été tués par un rayonnement micro-onde. Ils ont fait leur enquête et c’était leur conclusion… des chefs d’Etat de deux pays.
Vous savez, si je parle à un espion et que je veux savoir où il a été formé, comment il a été recruté au cours de la période de formation en cinq ans, cela prendra des années et des années. Mais quand à l’époque je parlais des puces à micro-ondes et des armes à micro-ondes, ils en parlaient autour de biscuits et d’une tasse de thé. On en parlait librement. La plupart des gouvernements en parlaient ouvertement, et les gens aussi. Ce n’était pas un secret avant les années 70, ou le milieu des années 70, parce qu’on en avait pas encore saisit le plein potentiel dans le monde entier. Les gouvernements ont alors décidé de le faire tomber sous la loi sur les secrets officiels. Auparavant, rien n’était secret, on en parlait ouvertement. Les gens n’étaient pas au courant, cela ne faisait pas partie des connaissances générales. Vous n’alliez pas rencontrer une personne au supermarché et lui demander si elle a une puce. Mais les gens qui en avaient, et qui savaient qu’ils les avaient, en parlaient autour d’eux et les autres en parlaient aussi.

Les menteurs du gouvernement
Si vous connaissez la localisation géographique de votre cible, vous pouvez utiliser les forces spéciales pour projeter un faisceau depuis un satellite. Le faisceau activerait la puce, la mettrait sous tension, et elle elle renverrait le signal. C’est un type de puce. L’autre type de puce envoie des impulsions en permanence, pour stimuler à une fréquence donnée, disons, une glande du corps, qui va produire une substance chimique spécifique, entraînant une réponse biochimique spécifique dans le cerveau. Vous avez donc un type de puce qui fonctionne en permanence, ou qui peut fonctionner par intermittence, et vous un autre type de puce qui ne fonctionne que quand elle est stimulée.
Des voix dans la tête
Rien de plus facile que de créer des voix. Tout ce que vous avez à faire est de stimuler la cochlée avec une fréquence de résonance donnée. C’est très facile de faire entendre des voix. Et c’est pas que les gens imaginent les entendre. Ils les entendent physiquement. Quand je vous parle, ma voix n’est pas dans votre cerveau. Ma voix ne dépasse pas quelques centimètres dans votre oreille, elle ne va pas plus loin. C’est le signal électrique qui vous fait interpréter le son que je produis, et une fois que vous avez ce signal électrique, qui peut venir d’une puce ou de beaucoup d’autres choses, vous pouvez faire entendre physiquement des voix, certaines voix. Cela peut être une conversation, ou quelqu’un que vous voulez entendre. Cela peut être une voix douce et angélique, ou un dieu, ou quelque chose d’effrayant comme le diable, cela peut être n’importe quoi.
HAARP et armes biologiques, une nouvelle guerre froide ?
Alors, ils m’ont fait monter à l’arrière d’une grosse voiture noire, et ils m’ont emmené dans le noir, en dessous d’un énorme bâtiment. Et j’ai soudainement pensé, attends un peu, si ça se trouve ils vont te tirer une balle dans la tête. J’étais mal à l’aise. Mais quelqu’un m’a fait sortir, m’a emmené dans une pièce, et m’a dit… « Je suis un scientifique international, et quelque chose m’inquiète énormément. Je dois en parler à quelqu’un qui peut prévenir le monde entier. » En fait, je savais ce qu’il voulait me dire, parce que j’en avais discuté dans d’autres pays. Il m’a dit : « On peut maintenant modifier génétiquement des bactéries et des virus. Maintenant, on peut laisser des bactéries ou des levures dans le sol pendant des centaines d’années, dans un stade de dormance. Les fossoyeurs, ou les personnes qui exhument des tombes anciennes, savent que la peste bubonique peut être « réveillée » lorsque la lumière éclaire les bactéries qui sont restées dans le sol pendant des centaines d’années. Elle a juste besoin d’une fréquence donnée… et bam, elle revient à la vie. »
Vous n’avez pas besoin d’être très intelligent pour voir où ça nous mène. Les virus sont ni morts ni vivants. Ils vivent dans des hôtes… Si vous mettez un virus dans une bactérie dormante que je peux ramener à la vie… Je peux aller en vacances en Norvège, au Danemark, ou en Suède, et répandre le virus avec la bactérie dormante dans les forêts, et revenir chez moi, et attendre cent ans, deux cents ans, ou deux heures, peu importe. Alors tout ce que je dois faire est d’utiliser HAARP, ou un appareil semblable, pour envoyer une certaine fréquence micro-onde se répercutant dans l’ionosphère vers la Norvège… Et quand je le souhaite, le virus reviendra à la vie car son hôte est revenu à la vie. C’est là où nous en sommes, et les pays peuvent maintenant, simplement en introduisant des bactéries, des virus ou quoi que ce soi… totalement détruire les possibilités économiques d’un autre pays.
Cela ne signifie-t-il pas que nous sommes entrés dans une nouvelle guerre froide, et que l’armée toute entière est devenue obsolète ?Oh, vous avez entièrement raison. Nous sommes dans une nouvelle guerre froide. Et c’est pourquoi les pays développent ces choses, je veux dire, le développent vraiment. Et c’est pourquoi nous avons tous ces émetteurs micro-ondes (antennes relais) qui apparaissent un peu partout. Quelqu’un, s’il le souhaite, pourrait les utiliser à d’autres fins que la téléphonie. Le système est en place et il est fonctionnel.
Agressivité induite par micro-onde. Un projet de recherche

Tetra et armes à feu : un mélange explosif.
En l’espace de trois mois, j’ai reçu dans cette maison cinq officiers de police, des femmes, qui avaient toutes un cancer du sein. J’ai reçu un tas d’appels d’officiers disant que leur personnalité avait été changée. A chaque fois que je vais dans un pays, et je pense avoir été dans 6 pays différents l’année dernière, les questions tournent toujours autour de Tetra et de l’agressivité de la police depuis qu’ils utilisent Tetra. J’ai des documents du gouvernement qui disent que cela peut induire des dommages neurologiques, des cancers, et… des comportements agressifs et des changements de personnalité. L’expérience n’en est qu’à son début car elle doit finir en 2018. C’est donc un système expérimental.

Incidents liés à Fort Bragg
[Des informations venant des Etats-Unis m’ont intéressées.] Il était question de forces spéciales, il y a 5 ou 6 ans environ. Elles revenaient d’une mission, et les six ou huit hommes qui en faisaient partie sont retournés chez eux, et cinq ou six d’entre eux ont commencé à battre violemment leurs femmes et leurs enfants, ou les deux. Certaines femmes sont mortes, d’autres ont fini à l’hôpital, elles étaient gravement touchées. On croyait que les appareils de communication qu’utilisaient ces hommes influençaient leur cerveau et stimulaient la violence. C’était à Fort Bragg.
J’ai eu un appel téléphonique de Fort Bragg, et un appel téléphonique de l’ambassade, car j’ai fini par parler aux deux, qui me demandaient quelles fréquences étaient en cause. Je leur ai répondu : « ne me dites rien, je vais vous dire quelles sont les fréquences utilisées ». Comme les forces spéciales ne portaient pas en permanence les appareils sur la tête, il y a donc une influence énorme, bien au-delà de ce que subit une personne ordinaire. Je leur ai donc dit les fréquences que je pensais qu’ils utilisaient, je leur ai envoyé des preuves documentaires, et toute l’affaire a été passée sous silence. C’était dans les actualités. Maintenant, ils ont sans doute modifié les fréquences.
Effet biologique de l’exposition aux micro-ondes
Il a été démontré qu’un enfant normal allant à l’école, qui utilise pendant seulement 2 minutes un téléphone portable, voit ses ondes cérébrales modifiées pendant 2 heures. Et ça a été publié. Durant ces 2 heures, le cerveau de l’enfant ne fonctionne pas normalement, ce qui peut se traduire par différents effets. Si l’enfant est à l’école, et qu’il passe un appel rapide depuis la cour de récréation, il pourra avoir un manque de concentration, une hyperactivité, un mauvais comportement, ou quoi que ce soit du genre. Et cela s’estompe progressivement en 2 heures.

Allo Maman ?
Mais on ne parle ici que d’un appel de 2 minutes. Si l’enfant passe un appel toutes les quelques heures, le cerveau sera influencé en permanence. Et l’industrie a déjà publié le fait qu’un enfant utilisant des micro-ondes juste avant de dormir perturbera totalement son sommeil. Je crois avoir vu 200 écoles en Europe où un émetteur a été installé dans la cour de récréation ou juste à côté, et où des leucémies sont apparues. Il y a eu des procédures de mises en accusation au parlement, parce que 18 enfants je crois, qui n’avaient pas 11 ans, avaient développé des leucémies près d’un émetteur.
Ces cancers atteignent des proportions épidémiques. Il y a toutes sortes de cancers désormais. Je sais qu’en Chine, il y a eu une augmentation de 3000 % du cancer de la parotide. Cette glande se trouve sur le côté du visage, là où vous tenez votre portable. Il y a aussi des cancers de l’œil, et bien sûr, des tumeurs du cerveau. Il y en a un nombre incroyable. J’ai lu dans un rapport qu’au Canada, les gens sont si inquiets du nombre de tumeurs du cerveau qu’ils ont re-diagnostiqué 10,000 tumeurs cérébrales pour les faire passer pour des cancers du système endocrinien, afin qu’elles n’apparaissent pas dans les statistiques. Et je sais que dans l’Union européenne les cancers prennent des proportions épidémiques. Il s’agit généralement de cancers entre l’oreille et le cerveau.
Le grand tissu de mensonges et de tromperies du gouvernement et de la science

Gouvernants et scientifiques
Il y a quelques années, notre gouvernement a exigé que les scientifiques ne parlent que des effets des micro-ondes relatifs à la chaleur. « Vous ne parlerez pas d’autre chose. » C’est pourquoi on ne parle que de ça, et qu’ils nient tout ce qui n’est pas en lien à la chaleur. Ils nient même leurs 40 années de recherches qui les ont conduit là. Bien qu’ils ont dit avant que cela peut causer le cancer, et tous les autres dommages, maintenant ils disent : « non, impossible ». Ne faites attention qu’à la chaleur et tout ce qui compte est la chaleur.
[…] J’appelle cela du mensonge. Je crois n’avoir jamais autant vu de ma vie de menteurs dans le gouvernement. Pour le dire simplement, ils ont fait toutes ces recherches, ils connaissent les dangers, et ils ont décidé de mentir au public pour juste éviter les poursuites judiciaires et augmenter les profits de l’industrie. J’ai cela écrit noir sur blanc. De sorte que ces 40 dernières années, le gouvernement britannique a menti à la population, tout comme le gouvernement américain, canadien, australien… ils ont menti pour protéger l’industrie, pour protéger leurs profits, pour se protéger des poursuites… Ils sont purement et simplement des menteurs et on peut le prouver.

Tumeur du cerveau
J’ai déclaré, à Burmingham, dans ce pays, il y a probablement 15 ans, et je n’ai pas changé d’avis depuis, que je crois que cette industrie, et les parties du gouvernement qui l’encourage, seront responsables de plus de morts et de souffrances que tous les groupes terroristes du monde réunis. Avec la croissance de cette industrie ces derniers 15 ans, je dirais maintenant que ces gens vont probablement causer plus de morts et de souffrance que toute la Seconde Guerre mondiale. Est-ce un génocide ? Oui, sans l’ombre d’un doute. Et oui, ils vont rester impunis, car ils sont intouchables, ils sont en dehors de la loi.
Qui prend ces décisions en réalité ? Est-ce sanctionné par l’OMS ?
Bien sûr que non. Ce sont les mêmes gens qui siègent sur les certificats ICNIRP, sur notre gouvernement, sur les agences de protection sanitaire, et qui siègent sur l’OMS. Ce sont les mêmes. Il n’y en a probablement pas plus d’une vingtaine. En effet, ils vont à mon avis commettre le pire génocide qu’a connu la planète. Pas juste chez les humains, mais aussi sur chez les animaux, les plantes. Ils vont probablement causer plus de destruction qu’une guerre mondiale et dans quelques centaines d’années, quiconque aura survécu se demandera ce que nous avons fait pour l’arrêter.
L’histoire de la recherche sur l’homme sans le plein consentement
A la fin de la guerre il y eut l’Opération Paperclip. La plupart des scientifiques ont été graciés pour toutes les personnes qu’ils avaient tué et sur lesquelles ils avaient mené leurs expériences. On leur a attribué de nouvelles identités, principalement aux Etats-Unis, et ils vivaient une vie civile ordinaire. Ils étaient très bien payés, et ils travaillaient dans des laboratoires pour le gouvernement américain. Toutes leurs recherches ont changé de main. L’Opération Paperclip est le point de départ de tout le reste… du contrôle mental, des drogues, etc. Ils ont utilisé toutes leurs ressources… et il y avait un grand nombre de scientifiques.
Pour vous donner un exemple d’expérience, je sais qu’une de leur sous-rubriques concernait l’exposition de micro-ondes sur des femmes enceintes. Ils ont découvert qu’ils pouvaient provoquer une augmentation de 57.7% des fausses couches, et ce n’est qu’une de leurs expériences. Ce qu’ils faisaient en réalité était de tuer 57% de tous les enfants.

MK-Ultra
Ils combinaient des micro-ondes, ou ondes électromagnétiques, avec du LSD (diéthylamide de l’acide lysergique) sur des enfants de 4 ans… Ils menaient des expériences sur les gens, les faisaient souffrir autant qu’ils le voulaient, et parfois mourir. Peu importe si les personnes finissaient dans des cages en métal, ou des tombeaux de pierre. Comme je vous l’ai dit, toutes les limites ont été franchies, car il n’y a rien de plus bas que de s’attaquer à un utérus ou à un enfant. Vous ne pouvez pas tomber beaucoup plus bas, et c’est ce qu’ils faisaient.
Je n’ai jamais connu personne qui ne pouvait résister à un lavage du cerveau. Personne. En trois semaines. Je peux vous faire tuer quelqu’un en trois semaines. Et je n’ai pas peur de dire que ça a déjà été fait. J’ai eu un appel téléphonique à propos de cet homme qui a tué 70 personnes en Norvège. Quelqu’un m’a demandé si il pouvait être programmé pour le faire ? La réponse est oui, sans aucune hésitation. C’est extrêmement facile. Chacun de leurs programmes comportait des centaines de sous-programmes, et leur budget s’évaluait en milliards de dollars.

Le médecin de la mort, le Dr Mengele
A la fin de la Seconde Guerre mondiale, un comité a été formé, par tous les alliés occidentaux, les Etats-Unis, et la Russie. On l’a appelé le Traité de Nuremberg. Celui-ci a été accepté par tous les pays à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il était conçu pour se protéger des gens comme Josef Mengele, le médecin de la mort. A Auschwitz, il conduisait des expériences sur des jumeaux. Puis il y a eu les japonais, torturant les américains, menant des expériences sur les soldats européens… C’est pourquoi on a fait le Traité de Nuremberg. Il était très bien défini et très distinct. Il disait qu’aucune expérience ne devait être menée sur personne, quelle que soit la raison, sans leur consentement – et cela inclut le rayonnement micro-onde. Et avant de donner leur consentement, les personnes devaient connaître tous les détails sur la durée de l’expérience, les conséquences, les dangers potentiels, et tous les troubles de santé éventuels. Cela devait être pleinement compris et expliqué, et ils devaient donner leur consentement individuellement.

Le Code de Nuremberg
Cela inclut Tetra, qui est une expérience qui va continuer jusqu’en 2018, étudiant les cancers et dommages cérébraux. Quiconque utilise Tetra est donc hors la loi… Mener des expériences avec Tetra et des micro-ondes, sur les gens, le personnel de service, les officiers de police, est donc illégal au regard du traité de Nuremberg.
De ce que je sais, le Code de Nuremberg a été créé après les procès de Nuremberg. Durant ces procès, il y avait des procès spécifiques nommés les procès des médecins. Vous souvenez-vous des condamnations prononcées ?
Ils ont été pendus. Je l’ai écrit ! Je l’ai écrit dans mes articles et je l’ai dit à la radio, j’étais d’ailleurs sur une radio internationale il y a 2 semaines, émettant dans 95 pays, et j’ai dit queles scientifiques à la fin de la guerre ont été pendus pour ce que les scientifiques aujourd’hui font en totale impunité.