mardi 24 avril 2018

Electricité et ultrasons


Ceci est une tentative d’explication du phénomène local  de chocs incessants dans le cerveau qui peuvent 
- parfois durer toute une nuit , en saison de représailles
- parfois être intenses au  moment de l'endormissement ce  qui devient   tout à fait   impossible 
- parfois être intenses à partir de 2 H ou 4 H du matin  , ce qui fait des réveils sans le compte de  temps de sommeil

Ces chocs dans le cerveau semblent avoir une origine  qui se différencie, par le type même de souffrance,  de celle des tirs ( propulsions)  de 1 GHz à 1,6 GHz , qui existent  presque chaque nuit . En plus.

Cette nuit-là avait très mal débuté  avec des sursauts du  cerveau  toutes les quelques secondes. 
Ces chocs (sursauts)
- font souffrir ,
- empêchent de dormir et 
- fatiguent. 

Couper l’électricité de l’appartement semblait  réduire   quelque peu l’intensité de la souffrance. Je m’étais levée pour le faire et constater que,  comme à chaque fois, le compteur électrique flashait  à toute vitesse,  comme un fou .
Or, il y avait  seulement deux appareils en fonction : le réfrigérateur et le chauffe-eau . Pourtant le compteur émettait un  puissant flash toutes les 2 ou 3 secondes . Comme ceci : 





Diverses observations précédentes  avaient montré qu’en  milieu de journée , avec les  seuls mêmes appareils branchés  , le compteur flashait toutes les 28 secondes.

En ajoutant le sèche cheveux on passait  à un flash  d’intensité moyenne chaque 
7 secondes
En ajoutant l’aspirateur,  avec toujours le  réfrigérateur et le chauffe eau  de base , on passait alors à un flash d’intensité moyenne  chaque 10 secondes.




Ici,  ci-dessus, un essai fait le lendemain matin de cette nouvelle terrible  nuit , montrait un flash environ toutes les 15 secondes.





Pour compléter une détection sur l’électricité avait donné une information déjà connue  : le courant électrique  de 235 V au lieu de 220 V, montrait toujours une variation rapide  et toute aussi anormale , sur 239 V.



Et encore avant de couper le circuit électrique, une détection d’ultrasons entre 30 KHz et 100 KHz avait permis  de constater une  densité de puissance autour de  13  nT à 14 nT pour des ultrasons variant autour de 60 KHz . Mais seulement quand le détecteur était branché sur le réseau électrique . 
Sitôt la prise du détecteur retirée du circuit électrique , la  valeur de la densité de puissance détectée était divisée par 3. 

Cela pourrait , bien sûr , faire penser  à l’usage d’un CPL bas débit ( 3KHz à 148 KHz)  comme indiqué dans le tableau ci-dessous. 



A moins qu’il ne s’agisse, en plus,  des aberrations  des compteurs Linky des voisins. 

Mais ce  même phénomène existait  déjà avant  que les compteurs Linky de certains voisins soient installés. 

Ce  double phénomène  du compteur qui flash en pleine nuit et de  détections d'ultrasons autour de 60 KHz avait été noté  aussi à Cap Olona . A ce moment-là Cap Olona   ne possédait pas   de compteurs Linky. 

Dans cet endroit ( Cap Olona)  ERDF avait été interrogé sur  la cause des flashes  tout aussi furieux  du compteur  en pleine nuit et alors que seul un réfrigérateur était branché sur le circuit électrique .
 Mais  ERDF qui engrangeait de méga-factures , n'avait jamais répondu. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.