mardi 9 février 2016

Harcèlement électronique et contrôle social


Ceci est une traduction rapide ,  partielle et sans autorisation et que je supprimerai , si demandé,  ou si déjà faite ( merci de me prévenir) 
Le texte original a été présenté sur le site de Derrick Robinson et se trouve à : 
http://www.doctorsaputo.com/a/the-covert-use-of-energy-weapons-for-political-control


Il faut remonter en 1977 , quand Alfred Webre  , jeune avocat, analyste politique  ,   n’avait aucune raison de prévoir des ennuis, bien au contraire . Il travaillait alors  au centre d’études  de la politique sociale  de l’Institut de Recherche Stanford  et avait été à l’origine d’un  projet de recherche  sur une analyse politique concernant les extraterrestres. Ce projet  innovant avait les faveurs de la nouvelle équipe de la Maison Blanche avec Jimmy Carter  comme président. Il faut se souvenir qu’alors qu’il était gouverneur de Géorgie , Jimmy Carter avait dit avoir vu un objet volant non identifié en 1969.   Cela l’incitait  à promouvoir une recherche  sur la possible existence des extraterrestres pendant son mandat de président . C’est ce que Webre et son équipe était chargé de faire.

Avec l’aval de la Maison Blanche, Webre  était entré en contact avec James Fletcher  le directeur de la NASA et  de la Fondation Nationale Scientifique.   Des rapports avaient  commencé à être envoyés régulièrement    à l’interface de l’exécutif . Mais quelque chose allait mal tourner, à cause du Pentagone. Nous pensons maintenant que le Pentagone avait un intérêt stratégique  à cacher la présence d’extraterrestres . C’est pourquoi le Ministère de la Défense avait dépêché un observateur à une réunion de Webre  et du responsable du SRI  ( Stanford Research Institute) . A cette même réunion se trouvait aussi  Peter Swartz ( aujourd’hui président de Global Business Network)

Le représentant du Pentagone avait été direct,  annonçant  de but en blanc , à la stupeur générale , que  le SRI devait mettre fin à ce projet. A défaut, tous les financements  de projets du SRI par le Pentagone  seraient gelés . Le SRI n’avait donc pas de choix. Furieux, Webre avait protesté au nom  des autres membres civils du gouvernement. 

C’est à partir de ce moment-là , comme le décrit Webre dans son témoignage  , qu’il avait commencé à être  soudain attaqué par de puissantes armes électroniques  et d’autres techniques de contrôle mental annexes, et ce, à trois reprises différentes. La première fois il  était tombé gravement malade  en quelques minutes et au point de devoir annuler une réunion très importante. Ayant réussi à retourner à son bureau à Palo Alto, il avait alors été attaqué sans relâche, en silence , violemment , anéanti par le choc. Il s’aperçut alors qu’il était sous surveillance d’agents, les uns en costumes d’autres en uniformes. Rapidement, sous cette pression constante, sa santé s’était détériorée et il avait dû être hospitalisé pour dépression.

Une fois rétabli, Webre comprit que le mal était fait. Au moyen  de chantage et  d’ intimidation , le Pentagone avait réussi à mettre un terme au projet d’une prestigieuse Institution en collaboration avec la NASA  et la Fondation Scientifique Nationale , et placé sous la patronage de la Maison Blanche. Pour cela le Pentagone avait utilisé  des armes électromagnétiques , pour donner une leçon à Webre et à ses collaborateurs, et même au Président Carter
Cela avait été révélé dans : Des témoins militaires et gouvernementaux  révèlent les plus grands secrets de l’histoire moderne  ( Crossing Point Publication 2001 ) pp 441-446


Un saut en 2005.

Environ une douzaine de personnes en provenance de  la baie de San Francisco et d’ ailleurs avaient commencé à travailler sur ce qui s’était vraiment passé le   "9/11 « ( Pour protéger  l’identité des participants seules les initiales de leurs noms sont utilisées) Ce groupe  disparate  s’était structuré  avec ferveur comme un mouvement citoyen  historique sous l’égide d’une organisation désignée par  « 911truth.org »
 qui avait réussi à produire une pétition  « 9/11 Truth Statement «  ( la vérité sur le 9/11) signée d’une centaines  de citoyens américains célèbres et demandant une enquête approfondie au Procureur de New York. 
( l’un des signataire était Van Jones, qui sera obligé de quitter son poste  dans l’administration Obama, à la suite de cette pétition) 

J’étais  membre du Conseil du 911truth.org et l’un des porte-paroles des lanceurs  
d’alerte de l’organisation tout en faisant tourner une petite maison d’édition.
Fin 2004, j’avais organisé une conférence intitulée « convergence des vérités sur le 9/11 »  où étaient invités  des intervenants activistes  et des écrivains , et  J.M. un journaliste du New York Times qui venait de publier un livre sur le sujet. 

La situation étaient ainsi , quand « cela «  est arrivé 

Le travail de ce groupe hétéroclite de militants et de penseurs avait fini  par attirer une attention nationale , quand des personnes du groupe ou affiliées au groupe avaient commencé à tomber malade. La plupart de ces personnes décrivaient des symptôme étranges ,  et des signes inquiétant d’effets physiologiques  que  les services secrets nomment  « effets biologiques »  et qui montraient des similitudes et quelques variantes . Pendant des semaines un grand nombre de militants avaient 
eu une sorte de grippe avec  des sensations de type « électrique » 

Certains avaient eu la sensation qu’une énergie cachée avait traversé leur corps. Ils pouvaient décrire  des piqures , des picotements et une sensation pénible au niveau de la gorge. D’autres mentionnaient une sensation étrange  au niveau du coeur ou du hara ( il s’git d’ un chakra situé juste au-dessous du nombril) et même du corps tout entier  qu’elle pénétrait et quittait par le même point.  Cela laissait une impression négative et désagréable .
La plupart des militants  se plaignaient d’insomnie, de désorientation, d ‘épuisement, de dépression, d’anxiété, le tout accompagné d’une sensation physiologique bizarre. 
 les impressions rapportées sont comme suit 
«  une impression toxique indescriptible »  

«  J’ai ressenti des spasmes dans le dos au niveau des côtes - toute cette partie du corps était enflée- c’était extrêmement pénible. Je n’arrivais pas à me tourner dans le lit » 

«  Certains jours, ça semble uniquement émotionnel. je perds mon temps , avec envie de pleurer »

«  Je ne pensais qu’à la « fin »

«  Pendant les 40 premières minutes , je ne pouvais pas contrôler les battements de mon coeur qui s’emballait. Ma cage thoracique était si comprimée que j’avais l’impression que je n’allais pas pouvoir respirer »

Avec le recul, on s’apercevait que les sensations négatives  apparaissaient à des heures et jours précis , comme si, à distance, un appareil impossible à trouver , bombardait un individu 24/7 . Ceux qui mentionnait une  périodicité, notaient aussi une différence. 
Pour M.J , c’était une fois tous les  3 jours.F.C tous les deux jours. C.B un fois par semaine. Pour ce qui me concerne , j’avais été  attaqué les mardis, jeudis et samedis, pendant 3 mois . Certains autres, peut-être moins sensibles,  avaient été malades au point de rester  au lit complètement épuisés, mais sans sensation d’attaques d’énergie . Ils étaient malades , sans raison.

Tous ces effets  et maladies bizarres avait amené le groupe à  comparer ses notes, pour en déduire, dans un premier temps qu’il devait s’agir de puissantes attaques psychiques . Comme elles ne cessaient pas ( et alors que  des attaques psychiques peuvent être stoppées)  nous en avions déduit qu’elles n’étaient pas produites par l’environnement . Il était devenu manifeste que le groupe avait été attaqué par des sortes d’armes électromagnétiques , bien que cela semble irréalisable à beaucoup.

Et ces exemples à portée de main , illustre le triple-danger auquel doivent faire face de nombreux militants :
1-  Nous sommes vulnérables parce que, en ces temps dangereux nous sommes à découvert dans la sphère publique
2- Peu d’entre nous ont conscience des outils de destruction massive employés 
3- Beaucoup sont inconscients de la volonté de dominants  riches et déterminés à employer ce type de  moyens contre eux. Peu de gens sont susceptibles d’imaginer que des méthodes comme celles de MK-ULTRA existent encore.

Ce ne sont , ici,  que deux cas que je connais bien et que j’ai analysés. Mais il est vraisemblable que de nos jours  des centaines voire des milliers de personnes  américaines  et d’autres pays, sont victimes , à ce moment précis,   d’armes à énergie dirigée dites « psychotroniques » ,  secrètement utilisées dans des opérations  cachées ou non     . Ces armes neurologiques , de types divers,  visent le système nerveux et le cerveau et sont utilisées  dans le monde entier  et de plus en plus à l’encontre de militants ou « d’ennemis de l’Etat ».  Elles servent  pour des actions criminelles contre des innocents utilisés comme cobayes.

Cette technologie d’armes à énergie dirigée est à son stade mature et utilisée dans tous les champs de bataille. En lien avec des projets comme HAARP, et comme la diffusion de chemtrails qui transforme la planète entière  en site de guerre d’énergie de style Star Wars, il faut alors penser à ce phénomène comme à un holocauste silencieux..

……


De nos jours, au-delà de la manipulation par la publicité , un pas a été franchi , et  nos corps et notre monde intérieur sont devenus  des terrains de chasse pour « contrôle mental » par un gouvernement . 

Le moyen le  plus terrifiant et le plus vicieux  pour contrôler des citoyens  - à part les tuer- est entre les mains des neuro scientifiques ou neurotechnologistes payés par le Ministère de la Défense, et qui ont sous leurs ordres et de façon compartimentée tout un tas de sous-traitants  qu’ils manipulent pour  mettre en actions ces armes électromagnétiques. 

Les armes à énergie dirigée ne représentent qu ’une partie des moyens de contrôle mental  et qui sont maintenant classées dans la catégorie des armes non létales …….. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.