jeudi 12 septembre 2019

Criminalité misogyne en bande organisée à La Boissière


La criminalité consiste à infliger des souffrances au cerveau .
Ici, cette souffrance n’est pas une souffrance du corps qu’enregistre le cerveau.
C’est une souffrance à l’intérieur du cerveau, de l’organe cerveau. Ce fait  a été longtemps nié par les spécialistes et reconnu seulement récemment. Cette barbarie   incroyable est difficile à imaginer dans  toute son horreur par tous ceux qui n’en ont pas encore été victimes. 
Dans bien des cas ces souffrances sont sans preuve parce que les auteurs de cette forme de torture changent de matériel  et donc de caractéristiques de signaux . Ils varient aussi , avec des complicités de  techniciens ou de voisinage,  la  provenance des signaux pour déboussoler leurs cibles  déjà épuisées par la privation de sommeil et les dégâts occasionnés par les incessantes déflagrations électriques générées par les pulsations de signaux.

Sur ces tracés d’EEG,  présentés en accéléré à cause du format exigé par la plate-forme du blog, les amas de lignes vertes correspondent aux souffrances du cerveau liées aux chocs provoqués à l’intérieur de la boite crânienne par les signaux pulsés. 

Ce phénomène est explicité, d’une autre façon, à https://lesharceleurs.wordpress.com/2019/09/13/criminalite-misogyne-deux-tirs-denergie/
Le terme misogyne a été accolé à criminalité , parce que depuis longtemps , mon ciblage  a été confié  plutôt à des mâles   et qui viennent pérorer avec un autoritarisme caricatural. 





11-9-19

11-12-9-2019

Le propriétaire de l’endroit avait l’air normal ,  cool . Sa maison était derrière la mienne et il était censé  y être très peu souvent. Hyper-occupé par son travail et sa vie. 
Ça m’allait. 
Il n’avait , d’abord,  pas fait de contrat de bail  de location , comme si je n’allais pas durer.
Ça m’allait moins. 
Son fils avait réparé …. ce point, seulement.

Le  beau-père du proprio  est  un breton  qui se fait appelé JEAN, et alors que son prénom sur internet est Jean-Claude. Pas grave. Ça le fait rire de dire qu’il s’appelle Jean Marais.
La première fois que je l’avais vu entrer dans « ma » maison  c’était pour   faire une mini-réparation en lieu et place  de son gendre. La surprise ,  faite par cet apparent joyeux drille breton  , avait consisté à mettre  un stylo et une clé USB dans mon sac ,  oublié à portée de sa main. 
Avant de venir, il avait  donc prévu et préparé un acte de harcèlement en bande organisée.
Finalement….plutôt vieux schnock et  vicelard,  que joyeux drille . 

Quand j’avais changé la serrure , il avait déboulé , venant  aussi sec.  de chez son gendre  où il passe son temps . Accès chez moi refusé. 

Alors, c'est finalement le corse d’à côté,  qui était venu faire la vérification du nom de ma nouvelle serrure.  
Pour approvisionner les violeurs de domicile en copies de clés , il avait juste à contacter une  centrale de corses . 




Un midi (17-8-19) , assise à ma table , devant mon ordinateur,  j’avais reçu un tir d’énergie dans le dos . Il m’avait traversée en brûlant  l’abdomen. Et un second tir quasi immédiat m’avait éjectée de ma chaise. Souffle coupé.
Ce genre de tir directionnel donnait cet espace  ci-dessus ( photo) comme origine.

Assez rapidement, ma situation normale ( au début) de locataire avait dégénéré, peut-être  à cause d’éléments électroniques  introduits pendant les  déjà nombreuses violations de domicile  de voisins , et mis en résonance pendant la nuit. 
Cela s’ajoutait à des tirs  d’énergie dirigée d’origines diverses  et qui , maintenant,  présentaient des similitudes ,  détections effectuées à l'appui , avec celles faites  chez Y. Jeanot, le proprio précédent .



Le hic …. c’est que ces tirs détectés, ici,  par une antenne directionnelle venaient , la nuit dernière,  de la maison de mon proprio, le gendre du breton harceleur. Celui que je croyais cool et débordé par  son travail et ses soucis personnels.

A cela il faut ajouter que  l’électricité de cette maison  présente la même particularité que celle de Y. Jeanot. Une fois le compteur coupé, il est impossible de le remettre en fonction directement.





Et ce midi, c’est un zozo vicelard hargneux  , avec un système tetra  ( talkie walkie à 800 MHz) , qui a dézingué cette petite lampe solaire . La trajectoire  du plastique cassé et de la pile qui a roulé, montre que le coup porté  venait
- soit de la maison du propriétaire Mr Audebeau.
- soit d'un coup de pied par un voisin qui s'était introduit dans ma cour

Dans ce cas, l'individu était passé derrière ma maison pour un coup de pied de casseur. De toutes façons, l'un ou l'autre , avait pour cela pris connaissance de mon occupation , loin de cette partie de la cour.
La toute petite chose en haut à droite de l'image , est la  pile du système .

La criminalité des misogynes de voisinage en bande organisée par énergie dirigée :
- prive de sommeil et de vie normale 
- provoque des souffrances ,  des malaises  et des maladies  »
- détruit les capacités cognitives et provoque un vieillissement accéléré.

Elle est destinée à soumettre et pousser au suicide.
Parce que ces hommes  en bande organisée se croient  les propriétaires de la vie d’une femme . Comme  dans tous les  cas de féminicides du monde.

En essayant, comme peuvent le faire  très souvent les cibles,   de trouver ce qui avait motivé d’apparentes représailles de détraqués commandités , et  qui avait déchainé  cette violence d'apparents  misogynes disponibles sans condition , je n’avais trouvé qu’un mail, disant à une juriste d’ORANGE, que j’allais continuer une procédure contre ORANGE .
Ici, c'est ma habituelle analyse logique en quête de sens ,  qui interprète.
Mais, rien du tout ou  n'importe quoi ferait tout aussi bien l'affaire .
L'interprétation en terme de représailles étant l'expression d'un esprit logique  mais totalement différent de la mentalité  des pervers et psychopathes  aux airs de messsieursdames lambda  commandités par un réseau , ou encore  en recherche de distractions faciles et d'un  réseau  artificiel  de copains basé sur la  haine .