samedi 14 mars 2015

TORTURE et copropriété

La torture est définie comme l'utilisation volontaire de la violence pour infliger une forte souffrance à un individu. Elle implique  une douleur ou une souffrance aiguë , physique ou mentale . Elle est  intentionnelle.
La torture vise à détruire la personnalité d'une victime ou à diminuer ses capacités physiques ou mentales
Elle peut être utilisée , entre autre,  pour générer de la terreur et dominer la victime  voire même  par pure cruauté.

Les actes de torture peuvent produire des séquelles ou des mutilations physiques . C'est  le cas de mon cerveau atrophié par les brûlures des ondes projetées jour et nuit depuis mai 2012 * (1)
La nuit dernière à 4h30 ,  le criminel  ou la relève était venu vérifier sur place ce qui gênait l'efficacité de ses tirs. Il était reparti en claquant la porte et avait adapté les tirs suivants en conséquence. 

La torture par ondes pulsées, à travers les parois,  spécialement la nuit,    est détectable . Dans des blogs , de nombreuses détections avaient été enregistrées  et exposées.
Cela avait incité les tortionnaires  à des bricolages pour camouflage * (2)  et qui constituaient des preuves additionnelles de la criminalité dénoncée. 
Tout récemment le camouflage  des ondes pulsées , semble  même avoir été fait par brouillage, 

La torture par ondes pulsées  vers la tête, avec souffrance et  privation systématique de sommeil avait doublonné avec des atteintes  tout aussi systématiques des pieds : brûlures externes et internes , piqûres, douleurs sur les nerfs,  supplice de l'aiguille enfoncée dans la chair ( sensation de )  etc..



Cet autre aspect de la torture  par brûlure des pieds  est par ailleurs connu  comme faisant partie de méthodes utilisées par le crime organisé français. Ce type de torture avait été révélé   à la fin du XIXème siècles lors du procès  des "chauffeurs d'Orgères" , puis au début du XXème siècle avec les "chauffeurs de la Drôme" . 
Il s'agissait alors de brûlures par des flammes en contact avec la peau.



Dans le cas de l'utilisation  d' ondes et de l'utilisation  complémentaire et expérimentale , du cerveau manipulé à distance pour provoquer brûlures ou sensations de brûlures, il n'existe aucun contact physique direct .La victime est laissée démunie avec sa souffrance sans cause apparente.A l'exception des photos et des détections anormales d'ondes au moment des brûlures, dans certains cas.

La torture , déclarée illégale dans l'article 5 de la déclaration universelle des droits de l'homme  ( 1948) , est interdite  depuis 1951  par l'article 3  de la Convention européenne des droits de l'homme.  
Il faut donc qu'elle soit d'abord reconnue.

Avant cette reconnaissance par des autorités judiciaires, il y a  la possibilité voire l'obligation pour toute personne qui en est informée, de la dénoncer. pour qu'une enquête existe. 
L'article 40 de code pénal est  une obligation et à l'usage des fonctionnaires  et des élus . 
Ici, le maire avait également été prévenu.

Pour les représentants ou responsables  des appartements ou  des  copropriétés où se trouvent les victimes de torture , il existe l'article  434-1 du Code pénal . Cet article crée l'obligation de signalement d'un crime porté à leur connaissance 

Cet article dit  : 
"Le fait pour quiconque ayant connaissance d'un crime dont il est encore possible de prévenir ou de limiter les effets  ou dont les auteurs sont susceptibles de connaître de nouveaux crimes qui pourraient être empêchés, de ne pas en informer les autorités judiciaires ou administratives  est puni de trois ans d'emprisonnement  et de 45.000 euros d'amendes ."

Le 16 avril 2014, le président du conseil syndical de l'immeuble du 22 rue Ernest Renan, A. DE CERTAINES  avait été prévenu officiellement par LAR  du crime  de torture  qui m'était  infligée par des tirs d'ondes en provenance des appartements voisins * (3) du mien , dans cet immeuble.

Le 9 septembre 2014, un article  avec l'image de mon cerveau montrait une atteinte physique grave , conséquence  des tirs d'ondes vers la tête  des criminels locaux  qui auraient du et pu être dénoncés et empêchés de nuire.

Dans la nuit du 4 février 2015, en provenance de l'appartement de J-J- Walti qui  dit n'avoir pas de WiFi, les tirs d'ondes  extrêmement douloureux, avaient été comme ci-dessous ,  en détection enregistrée et déjà mise en ligne . 



Cette souffrance infligée volontairement à une cadence effrénée  m'avait obligée à quitter ma chambre pour  aller m'allonger dans ma voiture  dans la rue , en pleine  nuit, en plein hiver.

Les négligences locales   ,  au 22 rue Ernest Renan, Paris XV,  étaient la cause flagrante  d'un crime non dénoncé qui se perpétuait . 
Vu l'état connu de mon cerveau , brûlé et atrophié par cette criminalité à distance , Il y avait donc en plus non-assistance à personne en danger,

L'article 223-6 du Code pénal traite de la   non assistance à personne en danger en ces termes   : 

"Toute personne pouvant empêcher par son action immédiate , sans risque pour lui ou pour les tiers , soit un crime soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne  s'abstient volontairement de le faire  est puni de 5 ans d'emprisonnement  et de 75 000 euros d'amende
Sera puni des mêmes peine , quiconque s'abstient volontairement  de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, elle pouvait lui prêter soit par son action personnelle , soit en provoquant un secours."

Ici, dans cet actuel autre  nouvel endroit, le maire de la ville , qui relève de l'article 40 du Code pénal,  avait été prévenu

Le syndic de l'immeuble relevant des  articles 223-6 et  434-1  du Code pénal,   avait été prévenu

Le gestionnaire CM-CIC,  de l'appartement  que je loue  et où je  subis des tirs d'ondes venant de l'étage supérieur, qu'il gère aussi,  avait été  prévenu. Cette institution dérivée d'une alliance de banques, et son représentant relèvent également des articles 223-6 et 434-1 du Code pénal. 

Et pourtant, les tirs d'ondes visant ma tête, et quelque soit l'endroit  de l'immeuble  où je me trouve , n'ont jamais cessé. 
Les  terroristes criminels tirent leurs ondes à loisir. en camouflant leur crime et dans un silence, lui aussi  criminel,   impressionnant.

* (1) 
* (2)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.