dimanche 26 mars 2017

Harcèlement en voiture



Le harcèlement a souvent été un exercice  raciste violent.
C’était le cas pendant et après la guerre d’Algérie, quand de prétendus justiciers français organisaient des ratonnades. Les ratonnades consistaient , à sortir la nuit, entre copains ,  avec des gourdins ou pire,  pour bastonner des maghrébins qui  rentraient  souvent  à pied du turbin.
Les fachos tabasseurs voulaient  être chez eux  entre eux, tout en  se vengeant collectivement de l’insoumission des ex-colonisés.
 Ce type de mentalité et d’exercice raciste   sur fond de prétexte de vengeance  de rien,  par tous ,   a  perduré dans la France entière, en changeant de formes et de moyens. Les justiciers sadiques utilisent maintenant l’énergie dirigée pour handicaper et assassiner sans preuve.
Et les petits enfants nantis des fachos  tabasseurs des années 50 et 60    , harcèlent maintenant en voiture,  grâce à la technologie qu’on met à leur portée  . Lâches et veules selon une tradition  qui perdure , ils s’attaquent à ce qu’ils peuvent :  souvent des femmes seules , parce que c’est plus facile.

En sortant du parking ce 23 mars-là, ma voiture avait été prise en chasse par une hystérique qui pratiquait la poussette : pare choc avant , contre pare choc arrière .
Sa présence instantanée à ma sortie du parking  indiquait bien  une information  donnée  permettant d’anticiper mon départ  de l’immeuble
  • - Soit une alerte donnée par la concierge de l’étage
  • - Soit une alerte donnée par le démarrage du véhicule 
Juste avant le  remblai, l’hystérique avait lâché la poursuite à hauteur d’un véhicule stationné , moteur en marche . 
Comme dans les mauvais  films policiers , ce véhicule  DW739VL ( 2B)       avait  pris la filature à son compte  sitôt après mon passage.
 J’avais ralenti à plusieurs reprises. Lui aussi. 
Je m’étais garée en bord de mer. Lui aussi.
 Et il avait continué d’attendre moteur en marche pendant que j’inaugurais une promenade sous un crachin nocturne. … juste le temps de voir sa carte GPS qui montrait 2 points rouges : l’emplacement de mon véhicule  et le sien.
J’étais restée pour  dormir dans ma voiture  en bord de mer . Pas lui.

Vers 2 heures du matin , une boule de feu ( tir d’énergie dirigée)   avait traversé mon véhicule et ma tête  en provenance de la mer. Donc  venant du chemin qui longe la côte. 


Manifestement les jeunes  et vieux fachos nantis des Sables d’Olonne et  perclus d’ennui,  voulaient jouer au rodéo avec une cible qu’ils venaient de faire sursauter sous  une douleur fulgurante . 
Et ils s’étaient démenés , sur fond de contorsions en  U turns imbéciles, accélérations puériles  et autres manoeuvres  d’une niaiserie  affligeante.
CD630 LX
AL711GF
CL640PC
EF956BW
AD228QM, 
et qui  diront forcément tous,  qu’ils étaient là, à plus de 2h du matin, complètement par hasard..

Il faut noter ici, que les mêmes scénarios se sont ainsi  répétés à la virgule près, à ANGERS, VANNES, LA BAULE ou PARIS

Cap Olona = le rond
Rue Bargeourie = la flèche

Après la mise en ligne du billet ci-dessus, il m’avait semblé  prudent de  quitter l’immeuble  . 
Sachant pourtant que des veilleurs locaux  en recherche de leur proie  guettent l’écran de leur ordinateur H/24.
Depuis quelque temps, un curieux qui se serait réveillé à 1h du matin, puis 3h du matin, puis 4h du matin dans cet immeuble ,  aurait pu  y constater   , une activité  de nuit constante ,  à tout le moins de veille, et  toujours dans  les mêmes appartements   dont les lumières ne s’éteignent jamais.
Mais...... ce ne sera plus possible à observer après la publication de cette info
Sauf ... s'il s'agit  ici, des spécialistes de bourses asiatiques en surveillance  et  recherche de bons coups H/24,  pour accroitre leur fortune ?
Vers 23 h  le 26 au soir , la rue Bargeourie  ( carte au-dessus)  avait son lot de voitures habituelles rassurantes . Je m’y étais effondrée de fatigue  . Dans la mienne . Pas longtemps.
Un matraquage du cerveau  à une cadence rapide et quasi régulière avait eu raison de mon état semi-comateux.   Réalisant qu’ aucune voiture n’avait pointé sa carrosserie ou le bruit de son moteur  à proximité, pour venir activer un gadget dans la mienne  et le mettre en fonction ou résonance, il fallait chercher ailleurs.….Dans le ciel.
Ce ciel-là était  balayé d’un faisceau lumineux qui tournait , à la manière de celui d’un phare .

 Mais là il s’agissait d’un phare  pour  terre , et qui faisait pivoter son rayon de lumière au-dessus des maisons de la Chaume, et non vers la mer  .  La source du rayon avait tari à plusieurs reprises, reprenant ensuite , vaille que vaille.  
La direction d’origine du rayon  indiquait vaguement CAP OLONA. 
A chaque passage du faisceau lumineux, une onde sonore frappait mon véhicule et se répercutait dans le cerveau. C’était, semble-t-il , la cause de ce  nouveau matraquage cérébral  épuisant.

Comme souvent,  l’intensité de l’onde sonore semblait diminuer avec l’état de conscience. Elle était moins perceptible  quand le cerveau quittait les gammes d’ondes Delta ou Têta.  Dans ces deux gammes-là elle privait du sommeil  qui va souvent avec.

Avec un vieil appareil à tout faire,  j’avais essayé d’immortaliser sous forme de vidéo ,  cette autre source de criminalité avec atteinte à l’intégrité physique grave.( destruction du cerveau)

Mais le faisceau lumineux tournoyant  ne semble pas avoir impressionné ma pellicule. 










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.