samedi 3 mai 2014

Lettre de Madame KREBS et réponse


Mme KREBS  est la cheffe du  service qui pratique les incarcérations hospitalières pour Paris XV. Cette lettre est sa réponse à ma demande d’annulation d’un dossier fabriqué  à partir d’inventions  délibérées  et dans l’irrespect total de plusieurs articles du code déontologie qui régit le métier de médecin.
On y apprend que  la confidentialité d’un faux  dossier gardé en réserve ,  serait plus importante que la reconnaissance de la nullité de ce dossier  . Ce qui mettrait ce service médical dans la dépendance  de l'organisation criminelle qui organise la torture de citoyens dans leur lit, et les incarcérations hospitalières .

Ma réponse  du 2 avril 2014,  à Madame KREBS  a été laissée  à ce jour sans réponse. 


Madame,

J’ai lu avec attention votre courrier du 25 mars 2014 en réponse à ma demande d’annulation de dossier datée du 16 mars 2014
Je renouvelle ici cette même demande, car le harcèlement dont j’ai pu faire état ne relève pas de votre domaine de compétence . S’il doit relever d’une institution , il ne pourrait s’agir que de la police.

Or il se trouve que la police du XVème  m’a convoquée ,  en faisant  état du certificat médical de votre service et  qui ne serait donc pas confidentiel . Cette police m’a informée être en contact constant avec vos services d’hospitalisation de jour, indiquant même  une étroite collaboration .

Ce qui semblerait  vous ferait dépendre, partiellement  du Ministère de l’Intérieur et de ses ordres.

Vous notez  dans votre courrier ne pas avoir d’éléments pour annuler ce dossier , qui encore une fois, ne relevait pas de votre domaine . Je vous les propose  cependant ci-après  en référence à votre code de déontologie, uniquement.

Pour mémoire : le certificat initial de ce dossier ne mentionne que des hématomes  après une chute , raison  de mon passage à HEGP pour un scanner. Je n’étais ni confuse , ni agitée . Je dormais en attendant l’examen.
Pourtant deux médecins successifs de cet hôpital  se sont employés à  confisquer  mes droits constitutionnels  reconnus et protégés  par votre code de déontologie  en m’empêchant de rentrer chez moi.

Pour cela ils ont  inventé .  L’un  m’a prêté des relations avec des  extraterrestres  et des propos non tenus ( un complot)  . L e second, en colère,   a  inventé  un diagnostic de dix lignes  sans consultation ou interrogation autre que celle du nom  de mon référant.   .

L’invention  de la relation avec des extra terrestres pour enfermer quelqu’un sans raison  est connue depuis une bonne vingtaine d’années. 
Les médecins de votre service l’ont accepté comme une évidence,  et  sans interrogation, pour continuer le processus engagé .

Le certificat fait par votre service a)  liste des informations que je n’ai pas données,  b) comporte  des termes que l’on m’y prête ( réseaux criminels) mais que je n’avais pas utilisés dans le cadre de cette incarcération hospitalière  , c)  montre une manipulation de ma réalité  ( viol devenu conviction d’agression sexuelle) , d)  affirme  faussement  que les problèmes  d’insanité mentale que l’on m’attribuait  opportunément en mai 2013 , remonterait à dix ans.
Cela n’est  ni admissible ni possible, en seule référence à votre code de déontologie.

Dans votre courrier vous notez que ma contestation  de ce diagnostic  est faite à postériori.
Il me semble difficile de faire autrement.

La France a besoin de gens courageux pour faire cesser ce type d’ incarcération hospitalière qui affecte surtout des femmes que l’on ridiculise ou infantilise à souhait.

Je sollicite ici le vôtre et renouvelle ma demande d’annulation de ce dossier sur les bases  des erreurs relevées en relation avec votre code de déontologie.





Ci-après voici un résumé en traduction libre d’un passage du témoignage  d’un individu ciblé du New Jersey ( USA)  . Il concerne , ce qui ressemble à une habitude  mondiale  , d’évacuation des individus ciblés vers le domaine psychiatrique complaisant, pour s’en débarrasser.

Je rappelle que UltraSonics est le terme utilisé par cet individu ciblé  pour désigner ses persécuteurs qui utilisent justement des ultrasons pour l'attaquer.
Le texte original est en anglais à : http://www.hiddenmysteries.org/mind/exposed/ex011705c.html
La photo ci-dessus vient de son témoignage.

"Les UltraSonics ont  également des stratégies  pour discréditer les gens sains d'esprit et  les faire  enfermer dans des établissements psychiatriques  sans limite de temps, et drogués de force. Il suffit pour cela d'avoir une bonne connaissance du domaine de la santé mentale, et des  lignes directrices de la bible des psychiatres  : le DSM-IV  
En harcelant une personne saine d'esprit avec des appareils de haute technologie  ( méconnus ou  dont l'existence est niée ) on peut amener cette personne devant un psychiatre qui la déclarera dérangée. Il s'agit-là de  "la méthode de la folie créée artificiellement " 

 Ce harcèlement par des appareils de haute technologie, constitue le terrain propice pour disqualifier les propos d'une personne saine d'esprit . En allant plus loin , les UltraSonics tenteront de provoquer des réactions violentes  de cette personne saine pour entraîner  ainsi des hospitalisations à durée indéterminée . Avec des symptômes ( violence) de maladie mentale créés artificiellement  , la personne saine se retrouvera affublée de l'étiquette de malade mentale et devra subir un traitement en conséquence.

Il faut garder en mémoire que toute cette énergie dépensée par les UltraSonics  pour  s'acharner sur une seule personne à une bonne raison. La haute technologie  utilisée est effectivement destinée à pousser  la personne saine à la violence  en réaction . Présentée à un psychiatre , elle parlera de son harcèlement  ce qui alors permettra de la considérer comme une malade mentale et de l'enfermer  sous contrainte ,  en régime de péril imminent . Ce  qui  aussi permettra de la droguer à volonté   et sans limite de temps.
Et si les UltraSonics  n'arrivent pas à obtenir une réaction violente de la personne saine, alors ce sont eux qui par ruse 
feront en sorte qu'elle soit présentée à un psychiatre pour qu'il l'enferme.



……..


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.