14 spécialistes de renommée mondiale s'expriment sur la vaccination

 texte anglais à : https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2021/08/15/awareness-foundation-covid-19-roundtable.aspx?

Table ronde  sur le COVID-19 de la Fondation Awareness


Présenté par Katherine Macbean de la Fondation Awareness

Quatorze des médecins de réputation mondiale, tous spécialistes dans leur domaine, se réunissent pour discuter des dangers auxquels nous sommes tous confrontés en raison de la pandémie de Covid 19. Ils analysent en détail des mérites et des dangers posés par les vaccins  déployés  par la contrainte

Écoutez leurs avis sincères  et découvrez la censure à laquelle ils ont tous été confrontés en s'exprimant. En discutant ensemble au même endroit pour la première fois, apprenez de ces experts et tenez compte de leurs avertissements.

EN BREF

La table ronde COVID-19 de la Fondation Awareness est un signe d'éveil et d'espoir en période de censure et d'oblitération de la réalité


• Elle présente les avis sincères  et l'expertise de 14 médecins de haut niveau, en mettant l'accent sur les dangers potentiels posés par la campagne expérimentale de vaccination de masse contre le COVID-19


• Des experts discutent de la façon dont les vaccins COVID-19 peuvent provoquer un tsunami d'hospitalisations et de décès à venir, ainsi qu'une maladie chronique débilitante, dont les premiers signes apparaissent déjà


• Tous conviennent qu'il existe suffisamment de preuves pour arrêter la campagne mondiale de vaccination contre le COVID-19, que ce soit pour tout le monde ou - en particulier - pour ceux pour qui les vaccins présentent les plus grands risques avec peu ou pas d'avantages, à savoir les enfants et les jeunes, les femmes enceintes et ceux qui se sont déjà remis de COVID-19

 

En cette période de censure extrême et de suppression du débat scientifique, la table ronde COVID-19 de la Awareness Foundation,(1) animée par Katherine Macbean de la Awareness Foundation, est un signe d'éveil et d'espoir. Elle présente les avis sincères  et les analyses d'experts de 14 médecins de haut niveau, dont moi-même, en mettant l'accent sur les dangers potentiels posés par la campagne expérimentale de vaccination de masse contre le COVID-19.

Chacun a fait face à la censure lorsqu'il s'est exprimé, et bien qu'il existe des points de vue différents, tous conviennent qu'il existe suffisamment de preuves pour arrêter la campagne mondiale de vaccination contre le COVID-19, soit pour tout le monde, soit - en particulier - pour ceux pour à qui les vaccins posent les plus grands risques avec peu ou pas d'avantage. Cela inclut les enfants et les jeunes, les femmes enceintes et ceux qui se sont déjà remis de COVID-19.

Je recommande fortement de prendre les deux heures nécessaires  pour regarder cette table ronde dans son intégralité - c'est une rareté de nos jours d'entendre une telle franchise et un  tel débat ouvert. Cependant, j'ai également compilé certains des faits saillants ci-dessous, qui incluent des avertissements sur les dangers que ces vaccins expérimentaux peuvent poser à la société.

Un tsunami de maladies chroniques et de morts
Les vaccins COVID-19 provoqueront-ils un tsunami d'hospitalisations et de décès, ainsi qu'une maladie chronique débilitante ? Un expert du panel, le Dr Peter McCullough, interniste, cardiologue, épidémiologiste et professeur titulaire de médecine au Texas A&M College of Medicine à Dallas avec une maîtrise en santé publique, a déclaré qu'il se concentrait davantage sur les effets indésirables à court terme du vaccin. Ces blessures  non mortelles se répartissent en quatre grandes catégories :
1. Neurologique
2. Immunologique
3. Hématologique
4. Cardiaque

« Ce que je vois, c'est juste l'émergence tardive de divers syndromes neurologiques. Et cela dépend probablement de l'endroit où se produit l'ensemencement de, euh, de, vous savez, l'absorption du matériel génétique dans le cerveau ou les cellules de soutien dans le cerveau, mais il y a toute une variété d'anomalies cérébrales, cérébelleuses, même du système nerveux périphérique, », a déclaré McCullough, ajoutant :(2)
« Je l'ai vu dans ma clinique et ils semblent apparaître trois, quatre ou cinq, six mois  après la vaccination… Je suis donc de plus en plus alarmé ici par le fait qu'il ne s'agit pas d'un simple problème d'un ou deux jours. Et il y a donc  matière à une grande inquiétude, en particulier chez les jeunes enfants,  pour qu'au cours d'une période de trois, six ou neuf mois, ils se retrouvent avec une insuffisance cardiaque ou une mort cardiaque.

… Ce que je vois, potentiellement à partir de ces signaux, n'est pas une mort massive, mais juste un grand nombre d'Américains et de personnes dans le monde atteints d'une nouvelle maladie chronique d'une sorte de maladie neurodégénérative ou de maladie cardiaque.  Pour les patients que je connais, ces problèmes semblent être assez invalidants.

Un autre membre du panel, le Dr Vladimir Zelenko, qui a traité des milliers de patients COVID-19 à l'aide d'hydroxychloroquine (HCQ), d'azithromycine et de sulfate de zinc,(3) avec un grand succès, a une opinion différente. Il pense qu'il existe une possibilité très nette que tous ceux qui reçoivent le vaccin COVID meurent de complications au cours des deux à trois prochaines années :(4)

Je vais juste vous donner le point de vue d'un clinicien qui s'occupe de personnes en train de mourir… 4 millions de personnes décédées peuvent témoigner du syndrome clinique unique pour les mettre là. Fondamentalement, un virus animal naturel a été modifié pour infecter les humains, puis sa létalité a été augmentée pour provoquer des caillots sanguins et des lésions pulmonaires.

Et dans le concept ici, nous avons affaire à un phénomène de type Hitler/Staline avec des armes de destruction massive et la façon de gagner cette guerre - et c'est très gagnable - est de la manière suivante. C'est une guerre narrative. Nous devons donc diffuser les deux idées suivantes… 

N° 1 Ne cédez pas à la peur en choisissant de vous détruire. 

N° 2 Traitez votre problème immédiatement. 

Si ces deux idées pouvaient pénétrer  les consciences , alors ce serait  vraiment la fin de cette crise.

Le Dr Tess Lawrie, dont la société The Evidence-Based Medicine Consultancy a travaillé avec l'Organisation mondiale de la santé, a reconnu que les vaccins sont dangereux pour les enfants comme pour les adultes :(5)

« En fait, ils ne sont sans danger pour personne, et c'est clair. Les bases de données  le hurlent. Les bases de données sont des systèmes d'alerte précoce, et les bases de données du monde entier crient que nous sommes confrontés à un tsunami de maladies chroniques.

Troubles inflammatoires, et  marqueurs de cancer en hausse
Le Dr Richard Urso, ophtalmologiste à Houston, Texas, est également inquiet : (6)

«Au début, nous voyions des choses, principalement thrombotiques, mais plus tard, après deux et trois mois, nous voyons beaucoup de problèmes inflammatoires. J'ai eu une foule de personnes atteintes de troubles oculaires inflammatoires, ainsi que de maladies inflammatoires orbitaires.

D'habitude, je ne vois  pas un tel  nombre inquiétant  de personnes. Pour les personnes qui ne le savent pas, ma pratique clinique est probablement l'une des plus importantes aux États-Unis, sinon la plus grande, et nous recevons un nombre énorme, en volume, de patients qui passent par notre bureau. Et nous découvrons une maladie inflammatoire tardive, et qui répond assez bien aux médicaments inflammatoires.

Certains ont repoussé l'idée que le virus pourrait être une arme biologique parce qu'il n'a pas causé de morts soudaines et massives. Mais c'est une erreur. Une arme biologique réussie peut être quelque chose qui provoque des maladies chroniques évolutives à long terme, a noté le Dr Richard Fleming, physicien, cardiologue nucléaire et avocat.

En 1994, Fleming a introduit la théorie de l'inflammation et des maladies vasculaires, expliquant e pourquoi ces maladies thrombotiques inflammatoires, et leurs causes, y compris des virus comme le SRAS-CoV-2, produisent des états pathologiques comme COVID-19.

"Comme je l'ai exposé dans la théorie en 1994", a déclaré Fleming, "vous allez voir une réponse thrombotique inflammatoire. C’est la première chose que les gens remarquent, qu’il s’agisse d’une maladie cardiaque ou d’une maladie du rétinol. » L'autre facteur est un composant prion de ce virus, "qui est également une maladie chronique cachée". Fleming a noté :(7)

"Si vous allez  développer quelque chose qui va avoir un effet énorme sur votre" ennemi ", votre objectif n'étant pas plus de tuer l'ennemi que ce n'était l'objectif des États-Unis au Vietnam de tuer l'ennemi.
Le but était de mutiler l'ennemi afin que l'ennemi quitte le  terrain. Ce que nous avons vu c'est la mise en œuvre d'une arme conçue pour démoraliser les gens , et pour provoquer un  processus d'extermination lente.

Fleming a cité des données de Pfizer qui ont montré que dans les 12 à 14 jours suivant la deuxième injection du vaccin à ARNm de Pfizer, les personnes âgées présentaient une augmentation de 2,6 fois des symptômes de la maladie d'Alzheimer. "Il s'agit d'un processus thrombotique inflammatoire affectant tous les systèmes organiques et de maladies à prions qui affectent non seulement le cerveau, mais également le cœur et d'autres organes vitaux du corps." (8)

Le Dr Ryan Cole, un pathologiste formé à la Mayo Clinic, a également déclaré qu'il observait des changements potentiellement cancérigènes, notamment une diminution des récepteurs qui contrôlent le cancer et d'autres événements indésirables post-vaccin: (9)

«Je vois d'innombrables effets indésirables… c'est vraiment le syndrome d'immunodéficience post-vaccinal… Je constate une augmentation marquée des virus herpétiques familiaux, des virus du papillome humain chez les post-vaccinés. Je constate une augmentation marquée dans les résultats de laboratoire par rapport à ce que je vois d'une année à l'autre,  d'une augmentation des maladies généralement dormantes.

En plus de cela - et la corrélation n'est pas la causalité - mais au cours des six derniers mois, j'ai vu - vous savez, j'ai lu pas mal de biopsies sur la santé des femmes - avec une augmentation de 10 à 20 fois du cancer de l'utérus par rapport à ce que je vois sur une base annuelle. Nous savons maintenant que les cellules CD8 sont l'une de nos cellules T pour contrôler nos cancers.

Je vois des signaux précoces… ce que je vois en laboratoire est un signal précoce  que les patients post-vaccinés ont des maladies que nous ne voyons normalement pas à des taux qui sont déjà considérablement alarmants au début.

Les vaccinés présentent-ils un risque pour les non vaccinés ?

Sherri Tenpenny a entendu des milliers de rapports anecdotiques selon lesquels quelque chose se transmet des vaccinés aux non vaccinés : (10)

«Nous injectons un ARN messager synthétique et des bandes d'ADN double brin synthétique par différents mécanismes, et si cette transmission va à une autre personne, elle n'attrape pas  le COVID, elle ne développe  pas les symptômes COVID que nous avons généralement reconnu comme  relevant du COVID. Ils saignent, ils ont des caillots sanguins, ils ont des maux de tête, ils ont des maladies cardiaques, ils ont toutes ces choses différentes.

Le Dr Robert Malone, l'inventeur de la technologie de plate-forme centrale de vaccins à ARNm et à ADN,(11) n'est pas d'accord pour parlerde «transmission» des personnes vaccinées à d'autres, ajoutant que même s'il est possible que l'ARNm soit excrété par le lait maternel aux nourrissons allaités, provoquant éventuellement des symptômes gastro-intestinaux, tout le reste n'est que spéculation.

D'autres suggèrent qu'il pourrait s'agir davantage d'un problème hormonal ou phéromonal ou d'un certain type d'« excrétion », ce qui peut aider à expliquer pourquoi les femmes signalent également des anomalies dans leurs cycles menstruels après la vaccination. 

La Dre Lee Merritt, chirurgienne orthopédiste et spécialiste de la colonne vertébrale, a présenté un rapport de 2015 de la Food and Drug Administration des États-Unis, qui examinait l'« excrétion » des vaccins à ARNm, qu'ils appellent thérapies géniques (12). Elle a expliqué :(13)

"Ils en parlent, ils sont très préoccupés par l'excrétion - et ils appellent cela l'excrétion, que ce soit techniquement correct ou non … Et ils vous préviennent de vous en protéger  , en insistant sur la  protection des nouveau-nés, des personnes immunodéprimées et des personnes âgées .

Ils disent aussi, nous ne savons pas ce qui se passe. Ils disent que cela pourrait être du matériel génétique. Il pourrait s'agir de virus activés et il pourrait s'agir d'un produit recombinant. C'est ce qu'on trouve dans les données de la FDA.

Il faut arrêter immédiatement ce programme de vaccination

Tous les experts ont convenu que les preuves suggèrent que le programme de vaccination de masse contre le COVID-19 devrait être interrompu. "Il y a maintenant suffisamment de preuves provenant de la seule Agence européenne des médicaments, 1,7 million d'événements indésirables signalés et 17 000 décès que les quatre essais cliniques devraient être arrêtés", a déclaré Dolores Cahill, professeur à la faculté de médecine de l'University College Dublin.

« Tout est  détaillé et classifié  ,  listé en  liens avec le  système immunitaire, euh les neuropathologiques et à la fertilité.
Je pense donc que nous avons tous le devoir, en tant que médecins et scientifiques, de dire,  que puisque  ce produit  fait plus de mal que de bien,  nous devrions, je pense, nous unir et appeler à l'arrêt des essais cliniques dans le monde, et dire que tout les premiers ministres et  régulateurs individuels qui poursuivent le processus  de vaccination  devraient être responsables de tout événement indésirable. »

Malone pense que les vaccins peuvent être positifs  pour certaines  catégories de populations, à savoir les personnes âgées, mais il  plaide pour l'interdiction de la vaccination des nourrissons et des nouveau-nés, jusqu'aux jeunes adultes de 30 à 35 ans et aussi  pour arrêter cet processus  fou qui consiste à  forcer les universités et les écoles à pratiquer la vaccination universelle. » 

De plus, il a ajouté :

« Nous pouvons discuter du rapport risque-bénéfice pour les personnes âgées, mais le rapport risque-bénéfice pour les nouveau-nés jusqu'aux jeunes adultes est clair. Il est inversé . Il n'y a pas de nuance possible . Ce sont des condamnations à mort . Et, et personnellement, je pense aussi que nous pouvons insister sur le problème en cas de grossesse  puisqu'il   n'y a tout simplement pas de données pour soutenir l'utilisation de ce produit en raison des conséquences potentielles sur la santé reproductive des femmes

Le Dr Urso a ajouté une autre population importante qui a beaucoup plus à risquer qu'à gagner de la vaccination : les COVIDés-guéris. "Le statut immunitaire devrait être plus important que le statut vaccinal", a-t-il déclaré.
« Donc, je pense qu'il y a trois groupes qui sont des arguments facilement gagnables [pour éviter la vaccination] : les femmes enceintes, les jeunes et... , un bon état immunitaire et leur faire vacciner contre quelque chose dont ils n'ont pas besoin.

Comment mettre fin à la peur et optimiser votre système immunitaire
Les participants à la table ronde prévoient de poursuivre leur discussion hors ligne pour demander officiellement la fin de la vaccination de masse contre le COVID-19 pour les groupes mentionnés ainsi que de créer une déclaration pour mettre fin à l'ingérence du gouvernement dans la pratique de la médecine. De nombreux médecins n'ont  pas les mains libres  lorsqu'il s'agit de prescrire des traitements précoces pour COVID-19, comme l'ivermectine. 

Comme Fleming l'a noté :
« … La raison pour laquelle les gens meurent du COVID est parce qu'ils ne reçoivent pas de traitement, donc je dirais que nous devons nous assurer que les médecins  sont autorisés à traiter sans ingérence du gouvernement et que nousarrêtons la diffusion des vaccins à ce stade, jusqu'à ce que nous puissions les étudier plus avant en toute sécurité. »

Le Dr Sam White, dont la réputation est menacée depuis qu'il a publié une vidéo sur les réseaux sociaux détaillant ses inquiétudes concernant la négation de la science autour de la thérapeutique  mise en place au Royaume-Uni, a ajouté :

«Nous pourrions mettre fin à la peur du jour au lendemain en permettant l'accès à la thérapeutique et en changeant le récit des médias grand public  sur les masques et les confinements .  Je pense que  c'est plus facile à traiter que la grippe,  mais nous ne sommes tout simplement pas autorisés à donner un traitement. Si le public savait  cela , ça changerait le récit du jour au lendemain.

Pendant que nous travaillons à  essayer de changer la narration , ou au moins à ouvrir des discussions sur la science en dehors du récit officiel , c'est toujours une bonne idée d'optimiser votre système immunitaire

À cette fin, je recommande d'optimiser vos niveaux de vitamine D à 60 à 80 nanogrammes par millilitre et d'améliorer votre flexibilité métabolique afin que votre corps puisse passer en douceur de la combustion des graisses au glucose comme carburant principal. 

Une façon de le faire est de raccourcir l'espacement  des repas à environ six à huit heures par jour.
Même sans changer vos calories, cela peut faire une profonde différence, mais du point de vue du choix des bons aliments, l'une des stratégies les plus importantes que j'ai apprises au cours de mes quatre décennies d'étude est d'éviter les aliments transformés, presque tous qui sont fabriqués avec des  végétales  de graines.

Ces huiles ont une teneur élevée en acide linoléique, ce qui contribue à l'instabilité mitochondriale et augmente la sensibilité au stress oxydatif. Ceci, à son tour, augmente le dysfonctionnement immunitaire et le dysfonctionnement mitochondrial. 

Ce sont des stratégies simples que je recommande, car elles sont utiles pour améliorer votre santé globale et votre résilience pour lutter contre toute infection.
 

Comme mentionné, je recommande fortement d'écouter la discussion dans son intégralité pour obtenir tous les détails qui n'étaient pas inclus ici. 

Lors de la prochaine réunion, le groupe prévoit de discuter de la manière d'aller de l'avant pour contester le récit plus en détail, notamment en luttant contre les organisations, telles que le Wellcome Trust et la Fondation Bill & Melinda Gates, qui investissent massivement dans ce domaine.

- Sources et Références

    •    1, 2, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 13 The Awareness Foundation COVID-19 Roundtable July 30, 2021
    •    3 matzav.com March 24, 2020
    •    11 Trial Site News May 30, 2021
    •    12 FDA, Design and Analysis of Shedding Studies for Virus or Bacteria-Based Gene Therapy and Oncolytic Products August 2015



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les vaccins Covid de Pfizer détruisent tous les systèmes du corps humain, déclare l'IPC

5G - Une synthèse claire - des détails utiles

COVID - Un purificateur d'air pour lutter contre les virus