L'huile de coco pour lutter contre le coronavirus

 de : https://healthimpactnews.com/2020/coconut-oils-history-in-destroying-viruses-including-coronaviruses/

Extraits d'un article du 4-2-2020

Par Fabian M. Dayrit, Ph.D. and Mary T. Newport, M.D.
Anteneo De Manila University

Extrait des recherches du professeur émérite Dr Fabian Antonio Dayrit (GS'67, HS'71, BS Chemistry '75) et du Dr Mary Newport de Spring Hill Neonatolody, Inc. sur l'utilisation potentielle de l'huile de noix de coco comme agent antiviral sûr contre le coronavirus nouveau.

Au moment où nous écrivons ces lignes, l'Organisation mondiale de la santé a déclaré une urgence mondiale concernant le nouveau coronavirus, nCoV-2019, qui s'est propagé au-delà de la Chine. Il n'y a toujours pas de remède contre le nCoV-2019. Il a été démontré que le nCoV-2019 est lié au SRAS (Zhou et al., 2020), un coronavirus qui a provoqué une épidémie en 2003.

Plusieurs chercheurs ont conçu des médicaments pour cibler spécifiquement les enzymes protéases dans le coronavirus, mais les tests de ces médicaments dureront plusieurs mois. Et s'il existait un candidat traitement contre le coronavirus qui serait peut-être déjà disponible et dont l'innocuité est déjà établie ?

L'acide laurique (C12) et la monolaurine, son dérivé, sont connus depuis de nombreuses années pour avoir une activité antivirale significative. 

L'acide laurique est un acide gras à chaîne moyenne qui constitue environ 50 % de l'huile de noix de coco ; la monolaurine est un métabolite qui est naturellement produit par les propres enzymes du corps lors de l'ingestion d'huile de noix de coco et est également disponible sous forme pure en tant que supplément.

Le laurylsulfate de sodium, un tensioactif courant fabriqué à partir d'acide laurique, s'est avéré avoir de puissantes propriétés antivirales. L'acide laurique, la monolaurine et le laurylsulfate de sodium (également connu sous le nom de dodécylsulfate de sodium) sont utilisés dans une large gamme de produits pour leurs propriétés antivirales.

Mécanismes d'action 

 Trois mécanismes ont été proposés pour expliquer l'activité antivirale de l'acide laurique et de la monolaurine : d'abord, ils provoquent la désintégration de l'enveloppe virale ; deuxièmement, ils peuvent inhiber le stade de maturation tardive du cycle de réplication du virus ; et troisièmement, ils peuvent empêcher la liaison des protéines virales à la membrane de la cellule hôte.


      1- Désintégration de la membrane virale. Les activités antivirales de l'acide laurique et de la monolaurine ont été notées pour la première fois par Sands et ses collaborateurs (1979) et plus tard par Hierholzer & Kabara (1982). En particulier, Hierholzer & Kabara ont montré que la monolaurine était capable de réduire l'infectiosité de 14 virus humains enveloppés d'ARN et d'ADN en culture cellulaire de >99,9 %, et que la monolaurine agissait en désintégrant l'enveloppe virale. Thormar et ses collaborateurs (1987) ont confirmé la capacité de l'acide laurique et de la monolaurine à inactiver les virus par désintégration de la membrane cellulaire. Il a été démontré que le laurylsulfate de sodium est capable de solubiliser et de dénaturer l'enveloppe virale (Piret 2000, 2002).


        2- Inhibe la maturation du virus. Le virus Junin (JUNV) est l'agent causal de la fièvre hémorragique argentine. Dans une comparaison entre les acides gras saturés de C10 à C18 contre l'infection JUNV, Bartolotta et ses collaborateurs (2001) ont montré que l'acide laurique était l'inhibiteur le plus actif. À partir d'études mécanistiques, il a été conclu que l'acide laurique inhibait une étape de maturation tardive dans le cycle réplicatif de JUNV. À partir d'images au microscope électronique à transmission, JUNV est un virus enveloppé contenant des glycoprotéines qui sont intégrées dans la bicouche lipidique formant des pointes virales (Grant et al., 2012) ; c'est similaire au nCoV-2019.

         3- Empêche la liaison des protéines virales à la membrane de la cellule hôte. Hornung et ses collaborateurs (1994) ont montré qu'en présence d'acide laurique, la production du virus de la stomatite vésiculeuse infectieuse était inhibée de manière dose-dépendante et réversible : après élimination de l'acide laurique, l'effet antiviral disparaissait. Ils ont observé que l'acide laurique n'influençait pas la synthèse des protéines de la membrane virale (M), mais empêchait la liaison des protéines virales M à la membrane de la cellule hôte.

Bien que l'acide laurique représente une grande partie de l'activité antivirale signalée de l'huile de noix de coco, l'acide caprique (C10) et la monocaprine ont également montré une activité prometteuse contre d'autres virus, tels que le VIH-1 (Kristmundsdóttir et al., 1999).

L'acide caprique représente environ 7% de l'huile de noix de coco. Ainsi, au moins deux acides gras contenus dans l'huile de coco, et leurs monoglycérides, ont des propriétés antivirales. Hilarsson et ses collaborateurs (2007) ont testé les activités virucides des acides gras, des monoglycérides et des alcools gras contre le virus respiratoire syncytial (VRS) et le virus parainfluenza humain de type 2 (HPIV2) à différentes concentrations, durées et niveaux de pH.

Ils ont signalé que le composé le plus actif testé était la monocaprine (C10), qui a également montré une activité contre le virus de la grippe A et des activités virucides significatives même à une concentration aussi faible que 0,06-0,12 %.

Utilisation de l'huile de coco et de ses dérivés  C12 chez l'animal et l'homme

L'huile de coco et ses dérivés se sont avérés être des composés antiviraux sûrs et efficaces chez les humains et les animaux. En raison de la protection antivirale et antibactérienne qu'elle procure aux animaux, l'huile de noix de coco, ainsi que l'acide laurique et la monolaurine, est utilisée chez les animaux de ferme et les animaux de compagnie comme compléments alimentaires vétérinaires chez les poulets, les porcs et les chiens (Baltic et al., 2017).

Il a été démontré que la monolaurine protège efficacement le poulet contre le virus de la grippe aviaire (van der Sluis, 2015). Li et ses collaborateurs (2009) ont préparé un gel contenant de la monolaurine et l'ont trouvé très actif contre les charges virales élevées et répétées du virus de l'immunodéficience siméen chez les macaques et Kirtane et ses collaborateurs (2017) ont développé un gel à 35 % de monolaurine pour une application sur l'appareil génital féminin pour  protéger contre le VIH.

Le laurylsulfate de sodium (SLS) a été utilisé à de faibles concentrations pour inactiver les virus dans le lait des animaux de ferme (de Sousa et al., 2019). Le SLS est le composant actif des lingettes désinfectantes commerciales et des désinfectants de laboratoire standard, c' est un agent émulsifiant et un activateur de pénétration dans les préparations pharmaceutiques.

L'huile de coco elle-même s'est avérée avoir des propriétés anti-VIH dans de petites études cliniques. Le premier essai clinique utilisant de l'huile de coco (45 ml par jour) et de la monolaurine (pure à 95 %, 800 mg par jour) contre le VIH-SIDA a été mené aux Philippines. 

Cette étude a porté sur 15 patients VIH, âgés de 22 à 38 ans, 5 hommes et 10 femmes, pendant 6 mois. Il n'y a eu qu'un seul décès et 11 des patients ont présenté des taux de CD4 et de CD8 plus élevés après 6 mois (Dayrit, 2000).

Dans une autre étude, 40 sujets VIH avec un nombre de lymphocytes T CD4+ inférieur à 200 cellules/microlitre ont été divisés en un groupe utilisant l'huile de noix de coco vierge (VCO) (45 ml par jour) et un groupe témoin (pas de VCO). Après 6 semaines, le groupe VCO présentait un nombre moyen de lymphocytes T CD4+ significativement plus élevé que le groupe témoin (Widhiarta, 2016).
 

Conclusion
Plusieurs études in vitro, animales et humaines soutiennent le potentiel de l'huile de noix de coco, de l'acide laurique et de ses dérivés en tant qu'agents efficaces et sûrs contre un virus comme le nCoV-2019. Des études mécanistiques sur d'autres virus montrent qu'au moins trois mécanismes peuvent fonctionner.

Compte tenu des preuves scientifiques considérables de l'activité antivirale de l'huile de noix de coco, de l'acide laurique et de ses dérivés et de leur sécurité générale, et de l'absence de remède contre le nCoV-2019, nous demandons instamment que des études cliniques soient menées chez des patients infectés par le nCoV- 2019 (voir ci-dessous). 

Ce traitement est abordable et pratiquement sans risque, et les avantages potentiels sont énormes.

D'autre part, étant donné la sécurité et la large disponibilité de l'huile de noix de coco vierge (VCO), nous recommandons que le VCO soit considéré comme une prophylaxie générale contre les infections virales et microbiennes.
 

Une étude clinique proposée
Nous pouvons proposer qu'une étude clinique soit menée sur des patients infectés par le nCoV-2019 en conséquence :
• Groupe 1 : groupe témoin, soins standard
• Groupe 2 : soins standard + VCO (45 ml, env. 3 trois cuillères à soupe, par jour ou plus,)
• Groupe 3 : soins standards + Monolaurine (pureté à 95 %, 800 mg par jour). La monolaurine est reconnue comme GRAS par la FDA américaine.
• Groupe 4 : soins standards + Monocaprine (pureté à 95 %, 800 mg par jour). La monocaprine est reconnue comme GRAS par la FDA américaine.
• Groupe 5 : soins standards + SLS (qualité pharmaceutique, 100 mg/kg/jour). Toxicité SLS : NOAEL la plus faible (dose répétée, rat) : 100 mg/kg/jour (hépatotoxicité) (Bondi et al., 2015).

L'article complet  est à : https://www.ateneo.edu/ls/sose/sose/news/research/potential-coconut-oil-and-its-derivatives-effective-and-safe-antiviral 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les vaccins Covid de Pfizer détruisent tous les systèmes du corps humain, déclare l'IPC

5G - Une synthèse claire - des détails utiles

COVID - Un purificateur d'air pour lutter contre les virus